soumis à ma femme

2 décembre, 2016

l’après Sophie

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 6:56

le 02 décembre 2016

Ma maîtresse est revenue au petit matin. Au petit déjeuner elle me demande comment s’est passé ma soirée avec un large sourire. Si le début lui a beaucoup plus, la fin beaucoup moins.

Elle m’a giflé en me demandant pour qui je me prenais pour traiter une femme comme une salope avec la taille de ma petite bite.

Elle m’a pris par l’oreille et m’a  fait venir jusque dans la chambre. Elle m’a mis elle-même ma cage de chasteté en me serrant les couilles fortement dans sa main. J’en ai pleuré de douleur. Tout en reprenant une gifle parce que je chialais.

Ca veut faire l’homme alors que tu n’es qu’une fiotte, une sale merde de soumis, a genoux sur le lit connard

Je me mets sur le lit  genoux, ma bite pendant dans sa cage entre mes jambes.

Je la vois prendre le très très gros plug dans la commode.

Elle le place sur mon cul

Non maîtresse pas ça, non s’il vous plait, pitié maîtresse.

Ta gueule sale merde, tu as voulu faire l’homme et bien moi je vais  te rappeler ce que tu es, une sale merde de cocu soumis.

Et en disant cela elle enfonce le plug dans mon cul, sans préparation, sans vaseline. Elle pousse fort dessus je le sens bien car mon cul à du mal  suivre le mouvement.

Elle insiste et me le fou dans le cul dans un grand cri de douleur pour moi. Je continue de pleurer mais cette fois c’est dans la souffrance.

Sur le dos connard,

Je me retourne et me pose sur le dos.

Elle prend une couche me la met en le serrant bien autour de ma taille.

Ne bouge pas,

Elle va dans la commode, elle prend mon maillot de bain rose Réalise, enfile ça sale merde.

Je mets le maillot mais à chaque mouvement je sens ce plug qui me remplit le cul et qui me fait mal.

Le maillot en place je suis encore plus serré dans ma couche et donc le plug ne peut sortir mais aussi il est du coup plus sensible à tous mes mouvements.

Tu vas changer les draps de ce lit puisque tu as osé vouloir y baiser une femme. Ensuite te me fais tout le ménage de l’appartement et à chaque fois que je passerai derrière toi et que ça ne me plait pas je te punirai.

Bien entendu rien n’était à son goût et elle mettait en travers de ses genoux et me fesser fortement par-dessus le maillot et la couche et les douleurs du plug était horrible et me titrer les larmes à chaque fois.

J’ai ensuite du aller faire les courses, ma maîtresse m’a obligé à sortir en gardant cette tenue sous mes affaires. Moi j’avais un pull ras du cou pour cacher le maillot de bain rose car il vient jusqu’en dessous de mon cou. Mais non cela était sans compter sur son envie de m’humilier. J’ai du enlever mon pull et mettre une chemise sans fermer les derniers boutons ce qui fait que l’on voyant sans problème le maillot de bain rose sur moi.

Je ne peux pas sortir comme cela maîtresse si je rencontre quelqu’un que je connais je vais dire quoi.

Une nouvelle gifle vient me frapper le visage,

Arrête de me raconter ta vie de merde, je m’en fous.

J’ai donc dû aller faire les courses comme cela. Et le plug assis dans la voiture en passant sur chaque bosse de la route me faisait un mal de chien.

En rentrant des courses, ma maîtresse m’a dit qu’elle avait eu Sophie, qu’il n’y aurait pas de problème pour lundi.

Ce lundi aussi pour aller travailler vu difficile, pour m’éviter de vouloir faire quoi que ce soit avec Sophie ou elle avec moi, ma maîtresse m’a fait aller travailler avec mon body I LOVE MY DADDY sous ma chemise et mon costume cravate. Et bien entendu avec ma cage et le plug dans le cul.

Voilà ce que m’a coûté de vouloir faire le mâle pour quelques heures.

Et depuis je continue de le payer en étant humilié en public comme la semaine dernière ou je suis parti en déplacement.

11 octobre, 2016

Vacance vivastreet 2 la haute Savoie

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 19:40

Le 16/10/2016 la haute Savoie 3

Nos vacances ont ainsi continuées durant deux semaines passées en haute Savoie.

La première rencontre fut avec un black incroyablement beau. Je comprends que ma maîtresse l’a choisi pour les trois soirées que nous passions dans cette ville.

La rencontre s’est faite l’après-midi sur la terrasse d’un café. J’ai tout de suite vu que ma maîtresse était sous le charme de ce black. Comme elle m’avait dit qu’elle avait vu toute les queues en photo des mecs qui allaient la baiser, je suis sûr qu’il est aussi bien monté.  

La discussion tourne rapidement à comment je suis devenu cocu et en cage et au fait d’aimer voir ma femme prendre son pied avec des grosses queues. Il nous dit à ce soir et que nous ne serons pas déçus.

Nous arrivons vers 20 h devant une jolie petite maison, il vient nous ouvrir.

Ma maîtresse à une robe noire moulante et courte et un string en satin blanc.

Il la félicite sur sa tenue de faiseuse de cocu

Nous allons dans le salon. Lui et ma maîtresse s’assoient sur le canapé et moi sur le fauteuil juste en face.

Avant de m’assoir, lui me demande de me foutre à poils. Je suis nu avec ma cage assis devant eux.

Ma maîtresse a déjà sa main sur son entre jambe et masse sa bite à travers son pantalon. Il lui attrape la tête et lui fourre sa langue dans sa bouche. Elle devient vite très câline et se frotte contre lui comme une chatte en chaleur. Elle ondule son bassin contre sa cuisse, sa main caresse son  torse.

Elle gémit tout en continuant de se lover contre lui.

Je le vois glisser sa main entre les cuisses de ma maîtresse, il écarte son string et lui enfile ses doigts dans sa chatte.

Il sourit me regarde pendant qu’il l’a doigte bien,

Vient ici, il sort ses doigts me les donne à lécher, ils sont plein de jus, ma maîtresse mouille comme une folle, je reste à leurs pieds je le vois rentrer, deux, trois quatre doigts dans sa chatte, elle s’ouvre vraiment de plus en plus.

Je dois sucer encore plusieurs fois tous ses doigts.

Elle pendant ce temps-là, elle a sorti sa queue qui est énorme, un gland bien rose sur ce membre noir long et épais.

Elle se met à genoux sur le canapé pour le sucer, elle ouvre en grand la bouche pour avaler son  gland et descendre le long de son sexe, je  suis surpris par la longueur de cette bite qu’elle avale.

Lui continue de la doigter en passant sa main entre ses cuisses, je dois me positionner derrière pour le voir faire et lécher sa main quand il me la donne.

Ma maîtresse se redresse et s’enfile la bite dans sa chatte, elle coule tellement que cette énorme queue pénètre ma maîtresse.

Elle s’assoit dessus en le mettant entièrement en elle. Elle doit vraiment bien le sentir  vu les gémissements qu’elle fait.

Lui il lui tripote les seins fermement en tirant sur les pointes qui sont déjà bien dressées tellement elle est excitée.

Elle monte et descend dessus de plus en plus vite, leurs jus ce mélange et coule le long de sa bite jusqu’à ses couilles. Je dois les lécher pour les nettoyer.

Ils changent plusieurs fois de position.

Une fois à quatre pattes ma maîtresse prend la queue de ce beau black et la pose sur son petit trou.

Et j’entends,

Encule moi, fourre-moi ta grosse queue de black dans le cul pilonne moi devant ma lope de mari et joui sur mon cul que ce minable de blanc, lèche du sperme de black.

Il lui enfile ses 24 cm dans son cul quand il sort sa bite de son cul, il est grand ouvert et super dilater.

Il enlève sa capote et il jouit dans de grands spasmes sur les fesses de ma maîtresse. Ses giclée sont si puissantes qu’elle en a jusqu’au dans le dos.

Je nettoie sa queue puis je m’attaque à lécher la grande quantité de foutre sur les fesses et le dos de ma maîtresse.

Les deux autres soirs ce sont passés de la même manière,  j’ai dû en plus sucer sa bite avant qu’il ne baise ma maîtresse. Et ils ont vidé ses capotes dans mon verre pour que je le boive devant eux.

Vacance vivastreet 2 la  haute Savoie(2)

Notre passage dans une nouvelle ville, fut aussi intéressant pour sa soirée. Ma maîtresse passe un coup de fil à son hôte du soir.  

Nous nous rendons chez lui. Il nous ouvre la porte et nous accueil. Je suis étonné par son look.

Il est de très forte corpulence, barbu et une barbe bien grisonnante, et il a l’air d’avoir bien plus de 60 ans.

Il nous fait entrer chez lui et nous le suivons jusqu’au salon.

Alors c’est lui le cocu de service. Dit ’il en me voyant.

Oui il est incapable de me faire jouir, montre ta petite bite en cage au monsieur qui va me baiser.

Je me déshabille pendant ce temps-là il sert un verre à ma maîtresse.

Je suis devant eux nu avec ma cage. Depuis le début de nos vacances je commence à avoir l’habitude.

Il me regarde droit dans les yeux.

Tu te rends compte connard que ta femme préfère se faire baiser par un vieux gros porc comme moi plutôt qu’avec un minable comme toi.

Oui Monsieur.

Il s’est approché de ma maîtresse qui est assise sur une chaise autour de la table de la salle à manger.

Toi  tu m’as bien chauffé sur le net, écarte un peu tes cuisses que je vois ce que je vais baiser ce soir.

Il lui tripote sa chatte à travers son slim très moulant. Elle gémit.

Elle pose en même temps sa main sur son pantalon.

Moi en voyant cela, ma queue rempli vite sa cage et me fait mal. J’ai honte un gros et vieux bonhomme va baiser ma femme et je bande.

Elle sort sa queue, moi je suis impressionnais pas l’engin qu’elle a devant elle, une belle queue qui commence à prendre forme.

Il la prend par les cheveux, tu vas me bouffer la bite, tu m’as l’air d’une bonne salope.

Elle ouvre la bouche et le suce, d’abord en lui tétant le gland puis en l’enfilant dans sa bouche, sa main passe sur ces couilles. Et lui il lui baise sa bouche par ses mouvements de rein.

Quand  il sort sa queue de la bouche de ma maîtresse, il y a plein de fil de mouille qui le relie à la bouche de ma maîtresse.

Il se baisse vers elle et il l’embrasse, il lui refourre sa queue dans sa bouche, il alterne comme cela un bon moment.

Ensuite il l’a levé de sa chaise, elle est debout devant lui, sa queue est contre le ventre de ma maîtresse, il lui met la main dans son slim,

Putain ta pute mouille comme une chienne en chaleur, vient renifler ça.

Je me mets à genoux je frotte mon nez contre sa chatte,

Elle sent bon la femelle en rut

Oui monsieur,

Pendant que je la tripote suce-moi la queue sale pd.

Je suce sa queue elle est salé il mouille beaucoup. Et je le vois baisser le slim de ma maîtresse et lui fourrer ses doigts autant dans sa chatte que dans son cul.

Il me demande de déshabiller cette belle salope que je suis incapable de faire jouir.

Je lui enlève ces bottes, je finis de baisser son slim, il veut que je lui laisse son string.

Je lui enlève aussi son pull blanc qui moule bien sa poitrine.

Il se jette sur ses seins, les mords les tripotes  à pleine mains.

Il me regarde qu’es ce que tu veux maintenant pauvre merde

Que vous baisiez ma femme monsieur,

Putain tu l’as bien dressé le cocu.

Elle lui enlève sa chemise et moi son pantalon et je dois lui enlever son slip avec mes dents et que je dois renifler tout en restant à genoux devant eux.

Elle prend dans sa main un de ses multiples bourrelets de son ventre, tu te rends compte ce que tu m’obliges de faire, ce gros porc va ma baiser, car lui il a une vraie queue et il sait s’en servir.

Il prend ma femme par la taille la retourne contre la table et il l’enfile par derrière.

Ahhh salope comme ta chatte est chaude et il la baise comme ça devant moi.

Il me fait mettre  à genoux devant ma maitresse et sous la table pour que je voie bien sa bite limer la chatte de ma maîtresse.  

De temps en temps il me la fourre dans la bouche pour que je goute le jus de ma salope de femme, selon ses mots.

Il sort sa queue de sa chatte, un liquide blanc et épais coule de la chatte de ma maîtresse je dois le boire, leurs jus se sont bien mélangé.

Il la tire par la main et ils vont vers le canapé. Il s’assoit dessus et fait monter ma maîtresse à califourchon sur sa queue.

Je la vois s’empaler sur cette belle bite.

Au bout d’un moment, elle se retourne vers moi, elle est belle, elle a les yeux pleins de désirs.

Cocu vient me bouffer le cul pour qu’il m’encule tu sais comme j’aime me sentir pleine avec une belle bite dans le cul.

Pendant qu’elle monte et descend sur cette queue je lui lèche son petit trou.

Puis elle sort la queue de sa chatte.

Prend la dans ta main mon cocu et tient la bien pendant que je m’enfile dessus.

Elle pose son anus contre le gland et elle s’enfile d’elle-même sur la queue, Je vois son anus se dilater et le gland le pénétrer. Elle descend sur cette bite, ses fesses touchent ma main,

Ok enlève la, que je finisse de le mettre en moi et elle finit de s’enfiler cette queue.

Elle en profite vraiment, il la tourne pour la mettre à quatre pattes sans sortir de son cul. Il l’a sodomise vraiment à grand coup de rein.

Après un bon quart d’heure de ce traitement, elle veut qu’il la baise en étant au-dessus d’elle.

Je veux que ma merde de mari voit à qu’elle point je m’offre à un gros porc comme toi.

Elle se met sur le dos, elle écarte les cuisses.

Vient prend moi, écrase moi de tout ton poids, baise ta petite salope chéri.

Mais lui avant il vient s’assoir sur sa bouche et lui dit,

Bouffe moi le cul ça m’excite que ton mari voit ça.

Ma maîtresse lui écarte les fesses et lui fourre sa langue dans le cul, puis elle lui lape l’anus.

Après qu’il est pris son pied il vient sur elle, son gros bide touche le ventre de ma maîtresse et il la baise comme ça.

Je la vois écraser par le poids de ce vieux porc, mais elle sourit en me regardant.

Il lui dit qu’il va remplir sa chatte de foutre,

Non non joui sur mon visage que ma lope me lèche.

Il sort de sa chatte, il va se mettre au-dessus de son visage, il se branle et dans de grand cri, de salope, sale pute, il jouit sur son visage de grand jet de sperme bien épais.

Lèche, lèche me crie ma maîtresse en se masturbant aussi et en jouissant en même temps que lui.

Je lèche son sperme épais et gluant et surtout il y en a une grosse dose, ça coule le long du visage de ma maîtresse. Sur ses joues, son nez son front, elle en a partout.

Je suis écœuré tellement il y en a, à avaler.

Il me faut sucer sa bite pour le nettoyer.

Ils boivent un verre ensemble. Puis nous partons à notre hôtel.

Ma maîtresse m’a laissé la lécher pour avoir encore du plaisir de s’être faite baiser par un vieux porc devant moi, elle a adoré m’humilier ainsi et moi j’ai adoré ça je dois bien l’avouer.

 

le16/10/2016

Vacance vivastreet 2 la  haute Savoie(3)

Cette soirée vu vraiment un régal pour moi en tant que cocu et pour ma maîtresse en tant que femme.

Nous avons rencontré l’homme choisi pour ce rdv dans un café, en premier il l’a félicité sur sa tenue, il faut dire qu’elle a un short blanc qui lui moule bien son petit cul e un chemisier très décolleté, mais il faut dire qu’il fait aussi très chaud.

Ils ont discuté de nos jeux entre nous. De mon plaisir d’être en fille et encore plus celui d’être une vilaine fille avec de vieux daddy très cochon.

Il lui a demandé si nous avions des couches pour nos vacances ma maîtresse lui a dit que nous ne nous en séparions rarement. Il lui a demandé si nous pouvions passer à notre hôtel avant d’aller chez lui. Elle lui a dit qu’il n’y avait pas de souci.

Une fois dans notre chambre il a voulu voir mes couches. Nous avions pris des roses des différents modèles que nous avons.

Elle en ouvre une, cela te dérange si je pisse dans dedans, j’aimerais qu’il la porte sur lui pendant que je te baise devant lui. Ça m’excite de savoir que ton cocu va mariner dans ma pisse pendant que toi tu auras ma queue en toi.

Fait toi plaisir lui répond t’elle en lui tendant la couche.

Il la pose sur le lit, sort son sexe de belle taille, mais cela n’est pas surprenant et il pisse dedans en faisant aller son sexe sur toute la longueur pour bien la mouillée. Il a une sacrée envie de pisser car j’ai l’impression qu’il ne s’arrête pas.

Une fois qu’il a fini, il secoue sa queue dessus, ma maîtresse me regarde.

Ce n’est pas comme ça que je t’ai dressé me dit ‘elle.

Je me mets à genoux et je lèche la bite qui à la goût de pisse.

Ok parfait dit ‘ il maintenant met toi en couche.

Il a toujours sa queue dehors ma maîtresse le prend dans sa main et le branle, pendant que je me déshabille. Je m’allonge sur la couche, elle est chaude est  bien mouillée. Je la ferme sur moi.

Je les regarde, il a sa queue bien dure et raide dans la main de ma maîtresse..

Ok je crois que maintenant on peut aller chez moi. 

Nous arrivons dans un appartement très sympa. Il sert à boire à ma maîtresse, moi je dois me mettre nu et à genoux dans un coin de la pièce.

Lui se pose sur le coin du canapé sur l’accoudoir, il demande à ma maîtresse de venir vers lui. Il l’embrasse, moi j’ai une vue sur ses si jolies petites fesses bien ferme.

Elle se retourne et me fait fasse, lui je vois ses mains passer entre les cuisses de ma maîtresse et l’autre dans son chemisier sur ses seins.

Elle écarte d’elle-même ses cuisses pour qu’il puisse bien la tripoter. Il appuie fortement sa main sur son short, il essais de la branler à travers le short, ses cuisses s’ouvrent encore plus.

Son autre main n’est pas inactive car il lui pelote les seins à tour de rôle.

Je le vois introduire sa main dans son short. Comme elle est vraiment hyper serrée dedans, elle défait le bouton et ouvre la petite fermeture éclair. Pour lui donner plus de place et de facilité de bouger ses doigts.

Il dit, qu’elle salope tu es trempée.

Désolé mon chou mais j’aime qu’on me tripote comme la dernière des garces.

Ah bon tu vas te branler un peu pour nous montrer comme tu es chaude alors. Il sort sa main de son short, je vous bien qu’elle est toute mouillée de son jus. Il lui donne ses doigts à lécher.

Elle les suce un par un.

Il vient s’installer à côté de moi sur le fauteuil. Elle s’allonge sur le canapé, elle a toujours son short sur elle et son chemisier.

Elle a une main sur ses seins et l’autre sur sa chatte, elle commence à  se caresser devant nous. De plus en plus vite et de plus en plus fort.

Lui sort sa queue et me demande de le sucer pendant ce temps-là.

Elle enlève son short, son string et entièrement dans sa chatte, elle joue avec la ficelle. Elle se met à genoux et s’enfile un puis deux doigts dans son cul, on entend sa chatte mouillée qui fait du bruit sous ses doigts.

Elle jouit dans un grand cri de plaisir et lui m’inonde la bouche  de son sperme en même temps.

 Il a une sacrée maîtrise de sa queue car jamais il ne m’a demandé de ralentir ou d’arrêter de le sucer, et il jouit quand il le décide.

Juste avant de jouir et pendant que ma maîtresse criait de plaisir, il m’a dit n’avale pas ce que je te donne et j’ai reçu de grosse giclées de sperme.

Il me pousse du pied et va rejoindre ma maîtresse, il l’embrasse tout en lui fourrant ses doigts dans sa chatte.

Moi j’ai des hauts le cœur car j’ai quand même une bonne dose de foutre dans la bouche et je n’aime pas trop ça.

Il prend ma maîtresse par la main il l’emmène devant moi,

Montre lui le cocu, le cadeau que je t’ai fait.

J’ouvre la bouche et je montre le sperme à l’intérieur.

Ma maîtresse lui dit en prenant sa bite dans la main, tu es fou tu le gâte trop.

Et ils se mettent  à rire tous les deux, pendant que j’avale devant eux le sperme dans ma bouche.

Je t’ai mis une tenue sur le lit si tu veux bien la passer pour le reste de la soirée. Je vais te montrer ou est la chambre.

Ils partent tous les deux, moi je suis assis par terre dans une couche pleine de pisse de ce mec et avec dans la bouche le goût de son sperme. Et je sens ma bite qui me rappelle à l’ordre que je ne peux pas bander tellement elle me fait mal dans ma cage.

Quand ils reviennent ma maîtresse porte une tenue d’écolière. Chemisier blanc bien trop petit qui lui enferme sa poitrine, jupette écossaise,  petite socquette blanche et ballerine noir brillant. Petite culotte blanche froncée.

Elle est sublime dans cette tenue, elle s’est faite deux couettes, elle est trop jolie.

Ils viennent tous les deux devant moi qui suis toujours assis par terre dans ma couche.

Elle n’est pas belle ta salope habillé comme ça

Si Monsieur

Ses mains passes entre ses cuisses appuient sur sa culotte blanche et laisse déjà apparaître des traces de mouille.

Elle, elle lui sort sa bite de son pantalon et le branle juste au-dessus de moi, pendant qu’elle se fait tripoter la chatte.

Ils s’amusent de la situation devant moi.

Tu sais je suis sûr qu’il bande dans sa cage, je le sais à voir sa tête.

Elle a raison elle me connaît bien et je grimace car j’ai un bout de peau qui s’est coincé dans la cage et ça me fait un mal de chien mais l’excitation et plus fort que la douleur car je ne débande pas pour autant.

Elle continue de branler cette belle queue,

A genoux et tête le gland mon cocu.

Je m’exécute, je tète alors que sa main le branle je sens le contact de ces doigts avec mes lèvres, dans son mouvement.

SI tu te branler juste devant nous comme ça debout.

Il s’assois sur le fauteuil, elle reste debout et passe sa main dans sa culotte, on voit ses doigts disparaître dans sa chatte.

Cette petite culotte en plus et magnifique toute froncée comme cela. Je trouve que ses fesses sont encore plus belle dedans.

Mouille bien ton cul avec ton jus tu sais que je vais te le baiser

J’espère bien chéri j’adore avoir une grosse bite dans le cul n’est pas mon cocu

Oh oui maitresse et  vous êtes si belle quand t’on vous comble de cette manière.

Elle lui dit qu’elle n’en peut plus et qu’elle veut sa grosse bite dans sa chatte trempée.

Il se lève, il passe derrière elle juste au-dessus de moi,

Il l’a fait pencher en avant lui baisse sa petite culotte et il lui enfile sa queue d’un seul coup de rein dans la chatte,

Elle cri de bonheur, elle le félicite sur sa putain de grosse bite bien chaude qu’il lui fourre sa moule.

Il pose ses mains sur ses hanches et commence à limer de plus en plus fort. Ils sont ensuite allés sur le canapé et il l’a baisé dans toutes les positions.

Quand il l’a enculé, il m’a demandé de venir voir de prêt comment il allait lui péter le cul avec sa grosse queue et qu’il me remerciait de ne pas avoir su la faire jouir car il n’aurait jamais eu la chance de baiser une chienne pareil qui aime autant la bite

Après l’avoir bien sodomisé elle lui a demandé de jouir dans sa bouche, ce qu’il a fait sans se faire prier.

Puis elle est venue m’embrasser pour me donner le sperme.

Avant de partir il a voulu à nouveau pissé dans ma couche, j’ai dû tirer dessus pour qu’il pisse dedans et j’ai senti son jet de pisse chaud m’inonder ma petite bite toujours coincé dans sa cage. 

Nous sommes rentré à l’hôtel et ma maîtresse m’a dit de garder ma couche pour la nuit, par-dessus j’ai mis une culotte en plastique rose car elle savait que dans la nuit je pisserais dedans et qu’elle fuirait vu qu’elle était déjà saturé.

 

Vacance vivastreet 2 la  haute Savoie(4)

Nos dernières soirées furent très différentes des autres car ma maîtresse a rencontré  une femme.

Elles n’ont rien eu à faire de moi pendant ses soirées.

Ma maîtresse m’avait fait mettre une paire de collant une couche rose dessous.

C’est juste dans cette tenue que j’ai assisté à leurs ébats qui ont été d’une sensualité phénoménale.

A genoux je restais dans mon coin.

De temps en temps j’ai eu le droit de manger quelques fraises qu’elles se passaient sur leurs sexes. Juste pour que je sache à quel point elles se faisaient du bien.

Jeux de langues, de mains, de god et de plug furent l’essentiel de leurs plaisirs.

Quand elles se caressaient juste habillé en lingerie, elles étaient presque encore plus belles que toutes nues.

En rentrant à Clermont ma maîtresse à décidé de chercher une fille pour passer ses nuits plutôt que des hommes. Et elle a trouvé une magnifique femme de son âge et elles passent beaucoup de temps toutes les deux à la maison.

Voilà ce qu’a été nos vacances cet été à Paris et en Savoie.

2 octobre, 2016

Nos vacances Vivastreet

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 11:46

Mise à jours le 07/10/16

Ma maîtresse m’a autorisé à mettre le récit de nos vacances du mois de juillet de ma vie de ces trois derniers mois qui à bien évolué.

Donc voici le récit de nos vacances.

Vacance vivastreet

 

 Ma maitresse a eu l’idée de chercher ses amants pendant nos vacances en se servant de Vivastreet.

Nous avons passé une semaine sur Paris et deux semaines en haute Savoie. Elle a pris le temps avant de partir de bien chercher. Elle n’a voulu que des hommes bi et cherchant des hommes qui aiment voir leur femme se faire baiser devant eux.

Pour Paris elle s’est prise 4 rdv pour les 5 nuits sur place. Et en haute Savoie, 6 rdv pour les deux semaines car certain endroit nous restions deux nuits minimum et d’autres 3 nuits.

Paris juillet 2016

Nous arrivons à l’hôtel dans l’après-midi, nous allons nous promener dans Paris comme elle aime.

Le soir nous passons à l’hôtel pour qu’elle se change. Elle met en legging noir hyper moulant, à tel point que l’on voit bien sa chatte à travers, elle voit à mon regard que je trouve que cela fait quand même un peu trop. Elle sourit cela l’amuse.

Elle fouille dans sa valise et me lance ma cage rose, tient tu vas la porter durant toutes nos vacances.

Cela fait longtemps que je n’ai pas été en cage. Pendant que je la mets, elle m’explique comment elle a prévu les choses pour moi.

Je n’ai cherché que des hommes bi qui ont tous acceptés de te baiser ou bien de se faire sucer par toi avant, pendant et après qu’ils me baisent.  Je les ai tous choisi par rapport à la taille de leur queue, tu sais à quel point j’aime sentir une bite bien dure et chaude me pénétrer. J’ai échangé pas mal de photo avec tous ces mâles et j’en mouille d’avance de tous les rencontrer.

Ce soir ils sont deux, cela fait longtemps que je ne suis pas faite baiser par deux beaux mâles en même temps.

Nous partons en taxi dans le 8éme arrondissement, nous allons dans un resto, nous rejoignons deux hommes au bar.

Bonjour, leur dit’elle.

Salut lance les deux hommes.  Ils prennent un verre ensemble tous les trois sans me calculer.

Tu es hyper bandante tu sais

Merci ça fait toujours plaisir d’entendre un beau compliment.

Crois moi ma queue est d’accord avec moi, si tu veux le vérifier on peut aller aux toilettes.

Ok avec plaisir, vous ne pouvez pas savoir comme je mouille d’avoir se pantalon qui me rentre dans la chatte.

Ils partent tous les deux, moi je vais e mettre à table avec l’autre homme.

C’est la première fois que je vois un mec qui aime que sa femme se fasse baiser par d’autre et qu’en plus il assiste à ça.

Tu n’as vraiment pas d’amour propre ou quoi ?

En fait je n’ai pas le choix, ce n’est pas ma volonté, c’est elle qui commande et moi je subis.

C’est bien ce que je dis tu n’as vraiment pas de fierté de te faire soumettre par ta femme. Mais avec mon pote on ne va pas se plaindre car elle a l’air plutôt bonne et de ne pas craindre d’en prendre plein le cul.

Elle revient des toilettes en souriant avec le mec derrière elle.

Elle arrive à notre table, elle s’approche de moi et m’embrasse, à pleine bouche tout en me refilant une quantité de sperme incroyable.

Nous sommes en public, je ne peux rien laisser échapper.

Elle s’assoit à côté de moi et me dit, mon cocu on commence des vacances de rêve.

Nous avons dîné, puis nous sommes allées chez eux, ils habitaient juste à côté.

Une fois dans l’appartement, ils ont fait assoir ma maîtresse entre eux sur le canapé et ils ont commencé à l’embrasser à tour de rôle,  tout en lui pelotant les seins et sa chatte, son legging lui rentré de plus en plus dans la chatte.

Elle gémissait, elle a sorti leurs queues de leurs pantalons, elle m’a fait signe de venir, je me suis mis à genoux et je me suis posé devant un des gars, elle a tendu sa bite vers moi, j’ai ouvert la  bouche et j’ai sucé ce mec il avait une queue bien dure et très large. Il mouillait beaucoup.

Ma maîtresse branlait l’autre, il lui avait mis la main dans son legging et à travers je pouvais voir qu’il lui avait fourré pas mal de doigt dans la chatte.

Celui que je suçais c’est levé il lui a mis sa bite dans la bouche pour qu’elle le suce à son tour.

Je me suis mis devant le deuxième, je l’ai sucé aussi.

Ensuite ils m’ont demandé de la déshabiller pendant qu’eux aussi se mettaient à poils. Ils étaient super baraqué et bien foutu.

Ils l’ont fait mettre à genoux et se sont fait sucer tous les deux en même temps, elle passait d’une queue à l’autre avec dextérité.

Ensuite à quatre pattes sur le canapé ils l’ont baisé à tour de rôle, passant de sa chatte à son cul à sa bouche.

Ils l’ont prise en sandwich et dans toutes les positions.  Ils ont bien rempli leurs capotes avec un dans son cul et l’autre dans sa chatte.

Elle était en sueur et rouge de plaisir. Ils m’ont donné leurs capotes, j’ai dû les faire couler sur ses seins et ensuite les lécher.

L’un des mecs m’a fait sucer sa queue car il en sortait encore quelques gouttes de sperme.

Puis nous sommes partis.

Moi j’avais ma petite bite hyper serré dans ma cage tout ça m’a excité. J’avais très envie de jouir. Je sentais mon sexe couler dans mon string en plastique.

Je l’ai dit à ma maîtresse et une fois à l’hôtel, j’ai eu le droit de la laver partout.

Je l’ai bien savonné, j’ai lavé ses seins, ses fesses, son sexe. Je l’ai séché, ma bite aller exploser dans ma cage.

Elle m’a fait la lécher pendant plus d’une demi-heure tout en me racontant les sensations qu’elle avait ressenties dans toutes les positions qu’ils lui avaient fait prendre.

Elle a joui plusieurs fois et nous nous sommes endormis comme cela.

 J’ai étais réveillé plusieurs fois dans la nuit, car mon sexe n’avait plus l’habitude de sa cage et étant super excité je bandais enfin j’essayais de bander.

Ce fût notre première nuit à Paris les autres ont été du même genre mais avec un seul homme à la fois. 

A la différence c’est que deux de ces hommes m’ont enculé pendant que je la léchais et qu’ensuite ils ont joui sur sa chatte que j’ai dû nettoyer.

Un soir elle m’a dit qu’elle m’avait réservé une surprise.

Nous avons pris un taxi pour nous rendre dans le 6éme arrondissement.  Nous allons dans une jolie résidence.

Une femme très forte nous ouvre la porte, elle est en peignoir.

Entrez les lopes,

Je regarde ma maitresse, je ne comprends pas.

Nous arrivons dans le salon, un homme aussi fort que la dame est assis dans un canapé il est nu juste en string, avec sa grosse bedaine.

Alors c’est vous notre couple de soumis pour la soirée ?

Oui Madame,

dit ma maîtresse en réponse à la question de la femme.

Bien foutez vous à poils tous les deux.

Je regarde ma maîtresse, elle me sourit, pendant que nous nous déshabillons, elle me dit,

Tu prends tellement de plaisir à être une lope soumise que moi aussi je  veux profiter de ce plaisir. Alors nous allons être soumis tous les deux à se couple de gros vicieux.

Je n’en reviens pas, mais ces mots et son ton me font bander dans ma cage et je grimace de douleur et cela la fait sourire.

Nous sommes nu tous les deux devant eux,

La femme ouvre son peignoir, elle a de gros seins qui pendent sur son gros ventre plein de bourrelets, elle une chatte hyper poilue, même le haut de ses cuisses grasses sont poilues.

Toi la chienne tu vas me bouffer la chatte et toi tu vas sucer la queue qui va baiser la chienne. Mettez-vous à genoux, et approchez-vous de nous.

Nous nous mettons à genoux tous les deux, et nous nous approchons chacun du sexe que nous devons nous occuper.

La femme ouvre ses cuisses, je vois une chatte béante et gluante les poils ont l’air d’être bien humide

Elle attrape ma maîtresse par les cheveux et lui plonge la tête dedans.

Bouffe ma chatte sale pute, tu veux qu’on te traite comme une chienne avec ta lope de mari et bien vous n’allez pas être déçu.

Moi je suis devant l’homme,

Renifle et lèche mon slip connard.

Je m’exécute, je renifle en mettant mon nez contre son string et je le frotte contre son sexe. Il sent la pisse et au bout de quelques minutes de ce traitement sa queue bande et apparait une marque d’humidité car il mouille le salaud.

La femme commence à gémir en félicitant sa chienne d’avoir trouvé son clito.

Moi je m’entends dire,

Suce connase, bouffe moi aussi les couilles.

Je sors son sexe de son string et en l’attrapant, je sens bien qu’il est tout mouillé, il glisse de ma main ce porc mouille comme une chienne en chaleur. Je le mets dans ma bouche, sa queue n’est pas très longue mais elle est assez large pour bien me remplir la bouche.

Je le suce longuement, il est assez endurant car je me donne du mal et beaucoup de mecs auraient déjà juté dans ma bouche.

Il dit à sa femme je suis assez raide pour baiser la chienne. Il me pousse du pied, il se lève sa grosse bedaine tombe sur son sexe. Il se met à genoux derrière ma maîtresse, et il l’enfile d’un seul coup de rein.

Mais c’est que ça plait à cette pute de te bouffer la chatte, elle est trempée la salope.

Toi allonge, toi entre mes cuisses et suce moi les couilles, tu en profiteras pour voir ma queue rentrer dans la chatte de ta pute de femme soumise.

Je me mets entre ces cuises et effectivement je vois ce sexe pénétré ma maîtresse, vu tout ce qu’elle sait enfiler les nuits d’avant je ne suis pas sûr que celle la lui fasse le moindre mal.

Je suce ses boules une par une, il a de grosses couilles qui pendent entre ces cuisses.

La femme crie de plaisir, plusieurs fois.

Il nous demande de nous mettre à genoux devant eux.  Ils s’assoient tous les deux dans le canapé côte à côte.

Lèche le visage de ta chienne de femme,

Je sors ma langue et je lape son visage comme tout bon chien soumis, c’est vraie qu’elle est pleine de mouille grasse partout, même sur ces cheveux.
Cette femme a dû beaucoup jouir sous les coups de langue de ma maîtresse pour mouiller autant.

Ils nous prennent chacun par les cheveux et nous emmène à quatre pattes jusqu’à leur chambre.

Ils se mettent tous les deux à quatre pattes sur leur lit et ils nous demandent de leur bouffer le cul. Celui qui le fera le moins bien sera enculé sous les yeux de l’autre.

Ma maîtresse me regarde et se jette sur le cul de la femme, je la vois lui écarté ses fesses avec ses mains et lui fourrer sa langue dans le cul.

J’en fais de même pour lui.

C’est bon, changer de place tous les deux,

je passe sur celui de la femme et ma maîtresse sur celui de l’homme et nous recommençons.

Au bout d’un quart d’heure de ce traitement, ils jugent que c’est moi qui leur est moins bien lécher le cul. Ce sera donc moi qui me ferais enculer.

Vu la taille de la queue de monsieur je ne me fais pas trop de souci, mon cul a avalé des monstres qui n’ont rien à voir avec lui.

Il me demande de mettre à genoux sur le lit, il passe derrière moi, il demande à ma maîtresse de me cracher sur mon trou à bite.

Ce qu’elle fait sans se faire prier.

Il pose sa queue sur mon trou, je sens son gland  chaud et humide, appuyer sur mon anus et d’un coup de rein il me pénètre.

Il me laboure le cul à grand coup de butoir.

Puis devant moi pendant que je me fais enculer se présente ma maîtresse qui enfile un god ceinture énorme à la femme, elle me le fourre dans la bouche mais il est tellement gros qu’il a du mal à rentrer.

Salive dessus connard parce que je vais te le fourrer dans le cul dans cinq minute.

Du coup je crache beaucoup dessus car il fait partie des monstres que je me serais enfilé.

Elle passe derrière moi et elle me pénètre avec sans vraiment prendre soin de mon cul je crie de douleur pour me faire taire lui vient me mettre sa queue dans ma  bouche.

Une fois que le god est bien rentré elle me lime sans ménagement.

Et lui il est allongé sur ma maîtresse entrain de la baiser en lui fourrant sa langue dans la bouche.

Après un bon quart d’heure, j’ai le cul  béant je me sens toute dilaté.

Nous allons dans une autre pièce toujours en nous faisant marcher à quatre pattes et en nous tenant par les cheveux.

Il y a un jacuzzi 4 places et quelques fauteuils autour.

La femme ouvre les tiroirs d’une commode, elle cherche des maillots de bain pour ma maitresse et elle.

Elle en prend un blanc pour elle, et un dorée et brillant pour ma maîtresse.

Lui s’installe dans un fauteuil tout en me tenant par les cheveux.

Elles rentrent dans le jacuzzi, elles s’embrassent et commencent à se gouiner.

Ma maîtresse lui fourre vraiment sa langue dans la bouche, elle lui plote les seins, sa chatte.

La femme s’assoit sur le bord du jacuzzi, elle écarte son maillot de bain et se fait bouffer à nouveau la chatte par ma maîtresse.

Lui il me tire vers sa queue est qui bien dure et je le suce.

De temps en temps il me tire par les cheveux pour me montrer ce qu’elles font.

Je trouve très humiliant de voir ainsi ma maîtresse avec cette femme forte et âgée.

Quand elles ont fini de prendre du plaisir, ma maîtresse me rejoint, nous le suçons toutes les deux

Il jouit dans ma bouche alors que ma maitresse lui suce les couilles.

Ils nous félicitent que nous sommes de bonnes lopes et que nous pouvons revenir quand nous voulons.

En partant ma maîtresse me dit qu’elle s’était fait plaisir ce soir,

moi aussi je pourrais demain soir avoir mon petit plaisir à moi, mais elle n’a rien voulu me dire de plus. J’ai dû attendre le lendemain pour savoir qu’elle serait mon petit plaisir et je n’ai pas été déçu.

 

Le lendemain soir nous allons sur le bois de Boulogne, nous nous promenons vers les travesties et les vieilles prostitués.

Ma maîtresse me laisse dans un coin,

Attend moi là.

Elle se dirige vers une vieille pute, elle discute avec elle un bon petit moment.

Ma maîtresse revient vers moi,

Suis-moi

Je la suis nous allons faire la vieille pute, on s’approche d’elle, elle est vraiment vieille et laide, elle est habillé en vinyle et bas en résille.

Elle me dévisage, Ok dit ’elle,

Nous la suivons, nous allons  vers une camionnette toute pourrie.

Ma maîtresse me dit,

 Baisse ton pantalon, elle sort la clé de ma cage,

Elle me branle rapidement pour me donner une érection et surtout m’exciter

 Allez va te vider les couilles tu vas enfin pouvoir faire l’amour comme un homme avec une femme.

J’ai l’impression qu’elle me dit ça comme on dit à un chien à qui on lance un bâton, allez va chercher.

Je monte dans la camionnette, ça sent la pisse, le sexe, le tabac, en tout cas, ça ne donne plus envie de vomir que de baiser.

Mais ma maîtresse a su de sa main douce et câline et ferme  me donner une bonne trique.

 La femme s’allonge sur un matelas tout miteux, elle écarte les cuisses et ouvre son chemisier.

Elle a des seins plats et qui lui tombent sur le ventre, sa chatte est rasée et je vois un string noir enfoui dans une chatte avec un trou béant face à moi.  Elle a un ventre flasque et tout ridé.

Il parait que tu es ne bonne langue à chatte, alors montre-moi ce que tu sais faire. Et je te laisserais téter mes seins comme un gentil petit bébé.

Je vois que ma maîtresse ne lui a épargné aucune de mes facettes

Je me mets à genoux entre ses cuisses ça  sent la pisse, le sperme, je sors ma langue et la pose sur sa chatte le goût est aussi fort que l’odeur.

Mais comme toujours la pute que je suis se met à lui bouffer la chatte, ma langue passe de son clito à son trou puis à son cul.

Elle prend ses seins dans ses mains elle serre les pointes

Je m’active de mon mieux et elle jouit car elle m’attrape la tête pendant qu’elle a des spasmes et me serre entre ces cuisses.

Vient te vider ta nouille en moi me dit ‘elle, en me tendant un préservatif. Je l’enfile le pire c’est que je bande encore.

Il faut dire aussi que cela fait des mois que je n’ai pas mis mon sexe dans une vraie chatte et que je ne me suis pas activer dedans à bon coup de rein.

Je m’allonge sur elle, je mets mon sexe dans sa chatte, je sens la chaleur de sa chatte, mais on ne peut pas dire que je sois bien serré dedans.

Je commence à bouger en elle, elle pose ses mains sur mes hanches pour m’imprimer un rythme,

Oui chéri je te sens bien, baise bien ta maman pour prendre ta téter, soit un gentil garçon bien obéissant, oh oui tu vois tu fais comme les grand, bouge bien mon bébé.

Elle me dit tout ça en m’embrassant sur le front sur les joues pendant que je m’active en elle et je jouis et je rempli bien ma capote en lui pelotant ses seins flasques.

Je sors de son sexe, je me mets sur le côté.

Elle attrape ma queue et m’enlève la capote.

Elle a vidé la capote sur son sein droit j’ai dû le téter pour la nettoyer, pendant ce temps-là elle m’astiquait la queue, en me disant que j’étais un gentil petit puceau, quelques goûtes de sperme sont encore sorti de mon sexe, elle m’a fait lécher sa main.

J’ai remis mon pantalon et je suis sorti de la camionnette. Ma maîtresse m’attendait.

Je l’ai remercié pour m’avoir me laisser comporter comme un homme.

Elle m’a embrassé sur le front en me disant c’est normal mon cocu. 

Ce fût la fin de notre semaine parisienne.

25 juin, 2016

le fameux wk à Milan avec Madame, Monsieur, et ma maîtresse.

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 7:01

Attention ma maîtresse m’a prévenu ce matin que la suite ne se fera qu’après 12 commentaires différents et que  cette histoire est en 3 chapitres et qu’après les 36 commentaires je mettrais en ligne une nouvelle histoire. Et c’est pour cela que celle ci arrive plus tard, j’ai du attendre que la précédente ait 24 commentaires pour mettre en ligne celle ci.

le 28/06/16

Le départ se fait le matin à 7h00 je passe cherchez, Madame, Monsieur et ma maîtresse chez eux.

Je monte chercher leur bagage, il a était convenu que je serais le larbin d’eux trois.

Je sonne Madame m’ouvre, elle est superbe dans un pantalon en cuir bien moulant et un haut noir avec un beau décolleté.

Dans le couloir il y a trois valise, j’en descends déjà deux puis je retourne chercher la troisième.

Je vois ma maîtresse, mini-jupe, tellement mini que l’on voit sa petite culotte blanche en satin, un chemisier bien moulant sans soutien-gorge ce qui fait que l’on voit bien sa magnifique poitrine.

Madame me demande d’aller dans le salon.

Par terre il y a une couche trempée de pisse un plug de bonne taille posé dessus.

Met ta couche c’est plus sûr pour la route,

Mais elle est trempée cela ne sert à rien car elle fuira au premier pipi.

Et alors qu’es ce que tu veux que ça nous fasse.

Je me déshabille, je m’allonge sur la couche, elle est encore chaude, ils doivent juste venir de pisser dedans. Je me mets le plug, puis je ferme la couche sur moi, rien qu’en la levant de la pisse me coule le long des fesses. Je ferme la couche.

Serre-la bien que tu trempes bien dans nos pisses. Je la serre au maxi en posant les languettes autocollantes.

Je mets mon pantalon et comme j’en étais sur, la couche fuit tout de suite en coulant le long de mes jambes. Je me demande quand je vais m’assoir dans la voiture comment cela va faire.

Je prends la dernière valise. Madame me donne une bouteille d’eau 1.5 litres c’est pour toi pour le voyage. Elle me donne aussi un sac plastique.

C’est pour mettre sur ton siège, je n’ai pas envie de voyager dans une voiture qui sent la pisse si cela s’imprègne dans le tissus du siège.

Merci Madame.

Nous descendons à la voiture.

Ils montent tous les trois derrière ma maîtresse au milieu et Monsieur et Madame de chaque côté. Je dois fermer les portières et ensuite prendre ma place.

Dans le rétroviseur je vois ma maîtresse au milieu, elle a l’air toute contente. Je me retourne et Monsieur a déjà sa main dans sa culotte.

Regarde devant le cocu elle est à nous maintenant.

Je démarre et nous partons pour Milan.

Arrivé à Passy avant le viaduc qui mène à Chamonix, il y a une station-service Total qui sert aussi de stockage des poids lourd.

Ils me demandent de m’arrêter ici pour faire le plein avant de passer le tunnel du Mont Blanc.

Je sors de la voiture, je vais ouvrir les portières, ils sortent tous les trois, ma maîtresse à les joues rouges et à ces petits cris qu’elle a poussé durant tout le voyage, je sais qu’elle a joui plusieurs fois.

Monsieur prend la parole voilà comment nous allons nous organiser.

Toi le cocu tu fais le plein ensuite tu vas payer.

Toi notre petite chienne tient prend ça.

Il lui donne deux capotes. On va se reposer un quart d’heure avant de reprendre la route pour Milan.

Tu vois le nombre de camion qui sont stationné ici, tu as 15 minutes pour nous rapporter ces deux capotes pleines de sperme. On veut être fière de toi.

Elle me regarde un peu interloqué.

Tu attends quoi de ta fiotte de mari, il ne peut plus rien pour toi, alors fais ce que l’on te dit.

Madame lui dit,

 En plus tu seras bien récompensé si tu obéis je te le promets.

Je la vois se diriger vers les camions et dans une tenue qui ne fait pas trop de doute sur ce qu’elle va faire vers eux.

Nous allons dans la station rejoins nous quand tu as fini le plein pour payer.

Oui Monsieur.

Je fais le plein je sens mon pantalon qui est bien mouillé, cela se voit même si il est noir que je suis trempé.

Je vais garer la voiture et je vais dans la station pour payer.

Madame et Monsieur ont fait quelques emplettes, bouteilles d’eau, bonbon et ils prennent un café.

Je paye le plein et je les rejoins.

Là j’ai un choc énorme, Madame sort une couche rose avec les princesses, elle me l’a donne.

Ce n’est pas comme si nous étions seuls  il y a des chauffeurs des poids lourds et des touristes.

Tu devrais aller  changer ta couche à voir ton pantalon elle n’a pas suffi pour le voyage.

Les personnes autour me regardent j’ai l’impression qu’ils portent leurs yeux sur mes fesses.

Je me dirige d’un pas plus que rapide vers les toilettes. Et comme depuis maintenant quelques mois à chaque fois que je dois me changer dans des toilettes publiques je ne dois plus fermer la porte à clef.

Je baisse mon pantalon, la couche est bien lourde entre mes jambes, je n’ai pu me retenir à pisser dedans pendant le voyage. Je la défais, elle sent bon la pisse, et puis j’adore quand elles sont pleines comme ça, le contact du plastique lourd m’excite beaucoup.

Je la laisse tomber sur le sol. Je prends l’autre l’ouvre et je la mets. Au moment ou je ferme les languettes autocollantes, la porte s’ouvre.

Je me trouve nez à nez avec Monsieur,

Il sourit car je dois être rouge, j’ai le cœur qui va exploser, tellement il bat vite.

Juste un petit contrôle que tu respectes bien les consignes. Il part je pousse la porte derrière lui.

Quelle peur.

Je finis de m’habiller je  ramasse la couche, j’ouvre la porte, je vérifie qu’il n’y ait personne et je mets la couche dans la poubelle. Je me lave les mains et je sors les rejoindre.

Ca y est tu es au sec me dit Madame.

Oui merci.

Ma maîtresse arrive cinq minutes plus tard, le sourire aux lèvres. Elle ouvre sa main et dedans il y a trois capotes pleines de sperme.

Je n’en reviens pas, ils lui ont demandé de sucer deux inconnus sur ce parking.  Elle revient avec trois capotes pleines de sperme. Et cela n’a pas l’air de l’avoir plus traumatisé que cela.

Bien dit Monsieur on peut y aller.

Ah oui tient nous t’avons pris ça pour toi me dit Madame.

Elle me tend une tétine en bonbon elle est assez grosse.

Couche et tétine cela va bien ensemble. Met-la tout de suite.

Je sors la tétine de son emballage et je le mets dans la bouche.

Nous nous dirigeons à la voiture.

Une  fois dans la voiture Monsieur dit à ma maitresse,

Montre-nous alors ces trois capotes.

Ma maîtresse leur montre, dans le rétroviseur je la vois fière d’elle avec ses trois trophées.

Tu vas nous raconter comment tu as fait pour les faire remplir. Et pendant ce temps-là le cocu va se régaler car elles sont vraiment bien rempli de foutre, tu as bien travaillé on va te gâter.

Ma maîtresse me donne deux capotes.

Ces deux-là tu vas la boire tout de suite avant de démarrer.

Je prends un capote je la vide dans ma bouche, c’est vrai qu’il y en a une bonne quantité. Je vais pareil avec la deuxième.

Retourne-la et lèche là.

Je retourne la capote et je la lèche.

Pour la troisième, elle fouille dans son sac à main. Je ne sais pas trop ce qu’elle fait, mais elle me la donne, met la vite dans ta bouche, et tète là. J’ai fait des petits trous comme ça tu vas pouvoir en profiter plus longtemps.

Bien maintenant à toi de nous raconter comment tu as fait pour avoir trois belles capotes bien pleines. 

Elle raconte qu’en arrivant vers les poids lourds, elle est passée entre deux allées et qu’il y avait deux chauffeurs qui discutaient entre eux. Elle les a rejoints et dits textuellement

Bonjour, mon mari adore que je suce des inconnus il me reste deux capotes si ça vous dit je vous pompe vos grosses queues.

Un des deux à sorti sa queue, l’autre et parti. Quand j’ai eu fini de sucer le premier qui a vite joui. Il a ouvert la portière du camion, il a dit

Robert si tu veux te faire pomper c’est maintenant et je peux te dire que cette salope suce mieux que les travs qui trainent ici.

Un gros monsieur est apparu il s’est assis sur le seuil de la portière il a sorti sa queue et je l’ai sucé, mais pendant ce temps l’autre ma tripoter la chatte et j’ai joui aussi.

Celui qui était parti est revenu avec un autre chauffeur et comme il n’avait qu’une capote et bien je les ai fait jouir tous les deux dans la même.

Parfait tu mérites ta récompenses lui dit monsieur.

Toi démarre  la voiture et roule.

Je démarre la voiture en tétant cette capote ou le sperme s’écoule vraiment tout doucement dans ma gorge. Je vais en avoir pour un moment avant de la vider entièrement.

J’ai mis 40mn pour vider cette troisième capote, ensuite j’ai dû la retourner et la mâcher comme  un  chewing-gum, jusqu’ à Milan.

Nous sommes allées directement à l’hôtel. J’ai descendu leurs bagages, je les ai portés jusqu’à leur chambre, une grande suite que j’avais du réserver et payer bien entendu.

Moi je ne dormais pas ici, car Madame avait des amis à Milan qui devaient m’héberger.  Ils sont revenus à la voiture après une bonne demi-heure.

J’ai vu que ma maîtresse avait changé de petite culotte car celle-là était rose. On la voyait encore plus de cette couleur que la blanche.

J’ai dû me rendre à l’adresse que m’a donnée Monsieur. Une  fois arrivé, j’ai pris mon sac de voyage et je les ai suivis.

Nous sommes rentrés dans une belle maison dans un quartier de Milan. Un homme d’une bonne soixantaine d’année nous a ouvert, derrière lui il y a sa femme, une vraie mama Italienne un peu plus âgée, brune et bien portante.

Ils s’embrassent tous les quatre. Ils leur présente ma maîtresse en tant que leur soumise, puis ils passent à moi en disant que je suis le cocu et que j’aime faire la pute en fille. Le couple italien me toise.

Ok mais pourquoi ne pas nous laisser la  fille nous gagnerions plus de fric ce wk.

Non désolé elle est pour nous, tu sais que je n’aime pas partager mes jouets dit Madame à la dame Italienne.

Peut-être mais je t’ai appris à les partager quand je te gardais pour les vacances en France.

Monsieur explique à ma maîtresse qu’elle était la fille au pair de sa femme quand elle était jeune puis elles ont gardé contact, car elles ont eu leur première expérience lesbienne ensemble.

La femme s’approche de ma maîtresse, tu sais que cela fait des années que je n’ai pas eu une aussi jolie fille entre mes cuisses, laisse la moi pour le wk.

Non ce n’est pas possible

Laisse la moi ou lui je le fais bosser tout le  wk

Ok ça va lui plaire à cette fiotte de faire la pute pour vous.

L’homme me prend par le bras et m’emmène avec lui, nous descendons un escalier et nous nous trouvons dans une cave aménager en chambre assez sobre, tamisé, mais avec des glaces partout sur les murs.

Cela fait même une drôle d’impression.  D’être ainsi entouré de miroir.

Je dois me déshabiller, il prend mon sac et sort mes affaires il pose mes tenues sur le lit, ma perruque, mes faux seins.

Il me montre la douche sur le bord il y a des tubes de crème épilatoire, il me dit que je dois ainsi m’épiler le cul, et les jambes et le torse, les aisselles.  

Je m’exécute, je fais enfin être douce (comme à l’époque où j’étais une vraie petite trav qui faisait le tour des boites parisiennes et des hommes avec qui je passais du bon temps chez eux. Mes plus beaux souvenirs de trav d’ailleurs)

Cette odeur me rappelle aussitôt de bon souvenir de mes préparations pour être la plus belle des trav. Une fois les jambes, les fesses, les aisselles et le torse épilés, il me donne un gel douche à la vanille pour me laver. Une fois propre je sens bon la vanille, cette odeur m’excite et ma petite bite mouille et coule le long de ma jambe.

Je me rase, puis je me maquille, je suis nue devant lui qui est resté avec moi pendant tout ce temps devant un ordi posé sur un bureau dans un angle de la chambre.

Il me donne des dessous blanc, string et soutien-gorge, je mets mes faux seins à l’intérieur, il me donne ma mini-jupe en satin noire, un haut rose, des bas, puis mes mules roses.

Je me vois partout avec ces miroirs, je mets ma perruque et dans cet endroit tamisé j’y vois une jolie petite salope prête à faire le tapin, en tout cas c’est l’impression que cela me donne.

Mais à lui aussi puisqu’il sort sa bite, je me mets à genoux et je le suce, et alors que je l’ai dans ma bouche depuis à peine une minute, et que de ma main je caresse ses grosses couilles poilues il jouit dans ma bouche en m’attrapant la tête pour que je ne recule pas.

Il décharge une dose de foutre incroyable en plus son sperme et amer et salé. J’avale tout ce que je peux mais il en coule sur mon menton. Il me relève, me lèche le menton et m’embrasse avec son sperme et me fourre deux de ces doigts dans le cul.

Nous remontons à l’étage, nous allons dans le salon et là c’est le choc.

Madame et Monsieur, assis dans un fauteuil chacun,  en face un canapé séparé par une table basse sur laquelle est posé quatre verres.

Sur le canapé, ma maîtresse est allongé, les jambe bien écartées, posées sur le sol, ses fesses sur le bord du canapé, et la grosse italienne elle est nue, elle est debout sur la canapé, les jambes pliées pour pouvoir poser sa chatte sur la tête de ma maîtresse, à tel point que je ne vois pas son visage, il est enfoui dans cette grosse chatte.

On ne voit que ça culotte rose qui a l’air d’être humide au milieu.

Ah te voilà ce n’est pas trop tôt me dit Madame, ta pute de femme n’a pas résister de bouffer la chatte de mon amie. (Même si je suis sûr que c’est l’inverse)

Bien c’est fini on avait dit jusqu’à ce qu’il remonte et le voilà. Mais tu devrais essayer sa langue, il parait qu’il est encore plus doué qu’une fille.

La grosse femme se lève du visage de ma maîtresse,

Ma maîtresse est couverte de mouille grasse sur son visage,

Nettoie la me dit Madame,

Je m’approche je lèche son  visage la mouille à un goût amer. Il y en a vraiment beaucoup ma maîtresse à du bien la faire jouir.

L’italienne s’allonge sur le canapé, elle écarte ses cuisses je m’agenouille devant elle a une grosse chatte pleine de poils gris des grandes lèvres qui pendent.

Je pose ma bouche sur sa chatte et cherche son clito, je le titille, l’aspire, le tète, ma langue navigue aussi entre son clito et son vagin.

Monsieur est à côté avec ma maîtresse.

Enlève ta culotte et allonge toi sur elle pose ta chatte juste sous le nez de ton cocu de mari qu’il voit ce qu’il a perdu et ce qu’il lèche maintenant

J’ai sous les yeux la magnifique chatte de ma maîtresse, mouillée et bien épilée et moi je suis entrain de bouffer une chatte d’une vieille mama. Je m’applique tout en gardant les yeux sur cette belle petite chatte et j’obtiens une belle jouissance de la mama qui crie fort.

Monsieur me plonge encore en plus la tête dans sa chatte en appuyant dessus.

Tout le monde se remet debout. Ma maîtresse va prendre une douche, pendant ce temps, l’italien raconte à Madame et Monsieur ce qu’ils ont prévu pour moi.

Ce soir plusieurs personnes vont venir me baiser dans la chambre au sous-sol. Puis il m’amènera sur le boulevard Via Central où il y a des travs une partie de la nuit. Sur le net il a averti quelques vieux amis qu’ils pourraient se vider les couilles à moindre frais.

Ma maîtresse revient, ils partent tous les trois, on repasse le chercher dans deux jours.

Merci et bon wk, puis ils sortent de la maison.

 

Après leur départ le comportement de ce couple a changé avec moi.

Ils m’ont mis un collier de chien, une laisse, ils m’ont sorti dans leur jardin, j’étais à quatre pattes.

Les deux ont pissé dans une gamelle pour chien, j’ai dû boire la totalité, en lapant devant eux et leur commentaires graveleux à mon sujet et sur ma salope de femme qui avait bien bouffé la chatte de l’italienne.

Puis ils m’ont ramené dans la cave. Ils ont attaché la laisse aux barreaux du lit.

Je ne sais pas vraiment combien de temps j’ai attendu, je me suis assoupi.

Des voix m’ont réveillé, il y avait trois hommes, malgré la lumière très tamisé, je voyais  bien qu’ils n’étaient pas tout jeune. Et plus qu’enrober.

L’un des trois a défait ma laisse il m’a mis au milieu d’eux et j’ai dû sucer leurs queues pendant qu’ils discutaient. Ils m’ont ensuite baisé sans aucun ménagement, sur le ventre, sur le dos, à califourchon sur leurs queues. En tout cas j’en avais toujours un dans le cul et un autre dans la bouche. A quatre pattes sur le lit j’en avais de chaque côté et souvent j’en sucé deux pendant que le troisième m’enculé.

Ils savaient me baiser tous les trois. Et ils en ont profité longuement. Je m’activais bien pour les faires jouir mais ils savaient se retirer à temps de ma bouche ou de mon cul pour ne pas jouir tout de suite.

La soirée c’est terminé comme elle avait commencé avec eux, à genoux au milieu des trois, et ils m’ont giclé sur le visage à tour de rôle en me mettant dans la bouche avec leurs doigts le sperme qui avait giclé sur mes joues ou sur mon menton.

Ils sont partis tous les trois. L’italien m’a apporté un plat de pâtes, je l’ai sucé et il a joui dedans. Il m’a dit que demain matin j’avais du ménage à faire et qu’en fin d’après-midi j’irais faire la pute en trav Via Certosa avec les vieilles trav Italienne.

Le matin mon café a été au sperme car je l’ai sucé et il a joui dedans. L’italienne était sur le canapé les jambes bien écartées et j’ai dû lui bouffer la chatte. Elle a joui plusieurs fois et j’avais le visage aussi gras de mouille que ma maîtresse la vielle.

Sauf que moi j’ai dû rester comme cela le reste de ma journée. J’avais cette odeur de chatte dans le nez.

Ensuite ils m’ont donné une tonne de repassage à faire, puis le ménage de toute la maison.

A midi j’ai mangé des pâtes dans la gamelle dans le jardin, dans laquelle ils avaient encore pissé tous les deux.

Vers 18 heures je suis allé prendre une douche. J’ai mis une minijupe en vinyle noire, un haut noir, des bas et porte jarretelle, un string blanc et des escarpins.

A 20 heures je suis monté dans la  voiture. Il m’a expliqué que j’allais tapiner pour lui ce soir. C’est un endroit ou plein de vieux viennent se taper des vieilles trav car c’est les seules à bien vouloir les sucer et se faire baiser. Je n’aurais pas à m’occuper d’autre chose que de me faire baiser, car c’est lui qui m’enverrait les clients.

Le coin était assez glauque, une petite rue qui donnait sur le Boulevard Via Certosa.

Il y avait pas mal de trav enfin c’était plutôt des travelos vulgaire, un peu gras. Je faisais toute jeune et mignonne à côté d’elles. 

Les mecs qui se présentaient à moi devaient me dire un mot de passe, comme cela j’étais sûr qu’ils avaient payé. Sinon je devais leur dire d’aller au bout de la rue demander Roberto.

Le mot de passe était classe «  la pute française »

J’ai dû accepter, de sucer, me faire enculer, pisser dessus là ce fût les deux derniers.

A chaque fois qu’ils avaient joui je devais mettre la capote dans mon sac à main. Car il voulait être sûr que je ne me soit faite baiser que par des  clients qui avaient payé.

Quand il est venu me chercher vers deux heures du matin, il n’y avait plus que moi dans la rue. Il m’a demandé les capotes, j’en avais 28.  Il m’a montré un beau tas de  billet, il m’a dit que j’étais une bonne gagneuse. Et que c’était le bon nombre de mec qu’il m’avait envoyé.

Comme j’avais bien travaillé, Il m’a emmené dans un petit resto pour manger des pâtes. J’ai dû sucer le cuistot et le serveur.

Il m’a dit se serait con de dépenser de l’argent alors qu’il avait une pute avec lui pour bouffer gratos.

En contrepartie il faut dire que j’ai bien mangé et sans sperme ou pisse dans ma nourriture alors j’en ai bien profité.

Nous sommes rentré je me suis couché épuisé et le cul en feu. Un des mecs qui m’a baisé était un black, il avait une queue énorme et il m’avait défoncé pendant un bon moment avec sa grosse bite.

Le matin ils m’ont redonné mes vêtements d’homme. Mais avant j’ai dû sucer l’italien et bouffer la chatte de l’italienne. Son mari avait du la baiser car elle avait du sperme qui s’écoulait de chatte.

J’ai pris un taxi pour aller à l’hôtel chercher Madame, Monsieur et ma Maîtresse.

Quand je suis arrivé, c’est Madame qui m’a ouvert. Monsieur était entrain de baiser ma maîtresse qui avait la tête dans une couche qui m’avait l’air bien mouillée. Il lui tapait sur les fesses.

Tient ta fiotte de mari est la, regarde un peu ce que je fais à ta chienne de femme, tu sais qu’elle aime la bite cette salope. Je peux te dire qu’en deux jours tu as grimpé dans les rangs des cocus tu dois être au sommet vu comme on l’a faite baiser par les Italiens.

J’ai descendu les bagages et je les ai attendus dans la voiture.

Pendant le retour ma maîtresse à pratiquement dormis tout le voyage. La seule chose qu’ils m’ont dit c’est qu’elle avait été une bonne salope que les beaux mâles italiens en avaient bien profité.

J’ai dû m’arrêter à la première station sur l’autoroute en sortant de Milan.

Suivre Monsieur dans les toilettes, il avait une petite sacoche à la main. Attend ici, quand il est sorti des toilettes, il m’a dit

Vas ’y et tu sauras ce que tu as à faire.

Je suis rentré dans les toilettes et par terre il y avait une couche dans laquelle il venait de pisser.

Je l’ai mise sur moi et je les ai rejoint dans la voiture. J’ai mettre une tétine bonbon dans ma bouche.

Nous sommes rentré ainsi jusqu’à Clermont Ferrand.

26 mai, 2016

idée du couple à mon sujet

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 0:44

 

mis à jour le 30/05/16

vendredi soir alors que je préparais le repas pour le couple et ma maîtresse qui elle était habillé avec un mini short en vinyle, un top en vinyle aussi et des cuissardes, elle était hyper sexy comme cela.

En fait les soirs où elle va chez eux, en arrivant elle doit tirer au sort dans une petite corbeille un papier qui définit comment elle sera habillé pour la soirée. Il y a, en bébé fille, en petite fille, en écolière, en pute, en femme chic. Et selon ce qu’elle a tiré ils organisent leur soirée.

Moi je suis toujours dans la même tenue. J’ai ma tenue de soubrette noire, une couche qui est toujours trempée de pisse et posé sur le lit quand j’arrive, un gros plug et mes mules roses.

Je dois faire le ménage et le repas. Et  je dois habiller ma maîtresse dans la tenue qu’elle a tiré au sort, je l’habille sous la surveillance de Madame ou Monsieur, c’est aussi comme cela que je dois les appeler.

Pendant que je servais l’apéritif alors qu’ils traitaient  ma maîtresse comme la dernière des putes en se faisant sucer la bite et lécher la chatte à tour de rôle.

Madame m’a demandé depuis combien de temps je n’avais pas baisé une femme,

Je lui ai dit que cela faisait plusieurs années maintenant.

Tu vois chéri je  trouve que ce n’est pas normal qu’un mec même une sous merde de cocu comme ce chien soumis ne puisse pas baiser une femme. Surtout qu’il y a des tas de femme qui cherche des mecs pour se faire baiser. J’ai trouvé un site ou des femmes moches, grosses, ou vieilles voir les trois à la fois cherchent des mecs pour se faire baiser.

Nous pourrions leur apporté un peu de bien être en le faisant baiser ces femmes non ?

Tu sais il n’a rien dans le slip ou plutôt dans la couche cette merde, notre petite pute l’a mis longtemps en cage pour réduire sa petite bite qui n’étais déjà pas bien grande.

Qui t’a dit t’arrêter de me sucer la bite sale pute, dit’il à ma maîtresse puisque c’est comme cela tu vas me bouffer le cul connasse de soumise.

Il s’avance sur le bord du canapé pose ses pieds en écartant les jambes sur le canapé et offre son cul à la bouche de ma maîtresse.

Elle plonge sa tête et je la vois sortir sa langue pour lui titiller l’anus puis lui enfoncer dedans.

Madame me dit, montre-moi ta nouille de cocu, baisse ta couche.

Je baisse ma couche qui bien lourde tombe à mes pieds.

Oui c’est vrai que tu n’as pas grand-chose entre les cuisses, astique toi un peu mais ne jouit pas, ça doit t’exciter de voir ta femme se faire traiter comme une pute entrain de bouffer le cul d’un vrai mec.

Mais oui regarde chéri il commence à bander bon c’est vrai qu’avec ça je ne suis pas sûr qu’une femme ressente quelque chose mais ça vaut le coup d’essayer et puis il pourra toujours la faire jouir en lui bouffant la chatte et le cul.

Je vais faire une recherche sur le site que j’ai trouvé aujourd’hui. Chercher la pire et lui proposer de se faire baiser par cette merde.

Remet ta couche et va finir de préparer le repas nous on va baiser notre pute.

Je suis retourné à la cuisine et j’ai entendu crier de plaisir ma maîtresse.

le 26/05/16

hier soir, comme maintenant tous les mardis et vendredi je suis allée faire le ménage chez ce couple.

Ils ont reparlé de me faire baiser des vieilles ou des grosses voir les deux se serait mieux pour moi. Madame a déjà eu des contacts via un site internet :

J’ai eu le droit de voir seulement les annonces et une seule photo, pour ne pas gâcher mon plaisir. (Voir annonces et photos ci-dessous)

Ils m’ont dit que pour ne pas les décevoir j’allais devoir m’entrainer à limer mes chattes en latex le plus souvent possible en enfilant plusieurs capotes, ce qui permet de limer en ayant moi de sensation et du même coup en retardant mon éjaculation.

Ils avaient prévu la chose, car ils en avaient apporté une de chez nous, la transparente ou l’on voit bien la bite rentrer et sortir. Ils l’ont coincé entre le lit et le matelas, j’ai dû me mettre à genoux, j’ai branlé ma petite  bite j’ai enfilé dessus trois capotes. Puis j’ai mis ma petite queue dans la chatte en latex et j’ai commencé à limer.

Sur le lit ils ont posé un ordi portable et j’ai dû regarder une vidéo d’un jeune mec baisant une vieille. Cette vidéo m’a excité en sachant que j’allais  devoir faire la même chose même si je trouvais cela dégueulasse.  J’ai tenue à peine 5 minutes même avec les 3 capotes avant de jouir. (vidéo que j’ai dû regarder en lien ici http://www.pornerbros.com/videos/cock-hungry-grannu-getting-fucked-hard_648164?wmid=324&SID=noredirect)

Ils m’ont dit de faire le ménage et que je recommencerais après. J’ai enfilé une couche pleine de pisse qui était posé sur le lit, ils avaient du pisser tous les deux dedans pour qu’elle soit autant mouillée. J’ai enfilé ma tenue de soubrette et j’ai fait leur ménage, repassage. Pendant ce temps-là ils étaient dans le salon, entrain de chercher de nouveau contact pour moi

1h20 plus tard je me retrouvais à nouveau à genoux devant la chatte en latex, cette fois ils m’ont fait mettre 5 capotes, j’ai quand même eu un peu de mal à bander à nouveau ils m’ont donc montré de superbe fille qui se gouinées, cela m’a donné un peu plus de vigueur de voir ces filles se bouffer la chatte. J’ai enfilé les capotes et j’ai recommencé à limer cette chatte tout en regardant à nouveau des vidéos mais cette fois de belle lesbiennes avec des seins énormes se les tétant. Et aussi des vidéos de  fille en couche, en fait tout ce qui m’excite le plus.

(vidéo en lien ici)

http://www.porndreamer.com/videos/107991/red-and-black-sensations-with-two-2-lesbians-and-some-fingers/

http://www.porndreamer.com/videos/142051/brunette-beauty-megan-massages-redhead-milf-karlie-montana/

http://www.pornhub.com/view_video.php?viewkey=ph5690902158063

http://www.pornhub.com/view_video.phpviewkey=ph56356c639402b&utm_source=PBWeb&utm_medium=PT&utm_campaign=PBWeb

 

J’ai tenue 12 minutes je n’en revenais pas c’est même un vrai record pour moi, je n’avais jamais tenue plus de 5 ou 6 minutes jusqu’à maintenant. Surtout que j’étais très excité de voir ces vidéos ils les passaient de l’une à l’autre.

Pour me récompenser j’ai dû vider les capotes dans ma couche et lécher mon sperme dans cette couche qui sentait la pisse mais pas la mienne.

Je dois baiser ma chatte en latex tous les soirs jusqu’à vendredi, soir de ma première rencontre avec une des deux femmes retenues pour le moment.

Pour être sûr que je fais bien cela je dois me mettre sur Skype comme pour mon sport qui fonctionne bien puisque j’ai perdu 1.5 kg depuis que je fais du vélo en tenue de sudation.

Donc demain soir je baiserais ma chatte en latex pour bien m’entrainer. 

 

photo des personnes retenues

Sans titre2 Sans titre

 

le 27/05/2016

Mercredi soir après mon vélo, j’ai installé la chatte en latex sous le matelas, j’ai enfilé 5 capotes et j’ai limé la chatte tout en étant connecté à skype car il voulait absolument être sur du temps que j’allais tenir. Mais cette fois moi je pouvais aussi les voir, ils m’ont laissé accès à leur webcam et j’ai vite compris pourquoi, car car ils s’occupaient de ma maîtresse qui elle était en écolière.

Monsieur l’a baisé à quatre pattes, pendant que Madame lui tenait la tête entre ces cuisses par les nattes qu’ils lui avaient faites.

En la voyant comme cela et en entendant toutes les saloperies qu’ils lui disaient j’ai tenue à peine 4 minutes.

Ils m’ont dit que je n’étais qu’une merde de cocu qui était excité par sa pute de femme qui se fait baiser comme une chienne en chaleur.

J’ai dû aller refaire 45 minutes de vélo et revenir me présenter devant eux.

45 minutes plus tard je me remettais à genoux, je me branlais pour me donner à nouveau un peu de vigueur. Ma maîtresse était en couche et téter les seins de Madame, je n’ai pas tardé à être assez dur pour mettre mes 5 capotes. J’ai mis ma queue dans cette chatte et j’ai limé en regardant téter ma maîtresse, Monsieur est venu lui faire sucer sa queue avec de la confiture dessus c’était son dessert.

J’ai baisé cette chatte 10 minutes avant de jouir à nouveau.

J’ai dû faire couler le sperme de mes deux capotes dans ma bouche et bien les lécher pour les nettoyer.

Pas la peine de gâcher des capotes pour une aussi petite bite m’ont ‘ils dit.

 

le 30/05/16

Ces deux dames choisis pour moi vendredi soir on toutes les deux demandaient de me voir en photo.

Si la photo envoyé de moi leur a plu, elle me montrait en string noir de face ou de dos, les deux ont trouvé que j’avais un joli petit cul, tout c’est compliqué quand elles ont demandé de voir mon sexe.

Il est vrai que même si cette semaine on m’a obligé à bander et à tenir un rythme de baise de plus de 10 mn, la taille de ma bite ne dépasse pas les 8 cm, le travail de sape de ma maîtresse a bien fonctionné.

Une a renvoyé en message en écrivant MDR et PTDR, l’autre ‘na même pas répondu.  

Donc Madame a renvoyé un mail aux deux en leur disant qu’elle avait peut être un fantasme qu’elles n’avaient jamais voulu ou pu réaliser et que je me ferais un plaisir de le réaliser.

C’elle qui n’avais pas répondu à dit oui. 

Que c’était une femme fontaine et que du coup elle n’avais jamais laissé un homme lui lécher la chatte de peur de l’inonder de mouille. Et qu’elle rêvait de se faire dévorer la chatte.

Madame lui à dit que cela ne posait vraiment aucun problème, que j’avais largement compensé la taille de ma bite par une très bonne utilisation de ma langue et que pour le problème de taille j’étais équipé d’un god creux que j’enfilais comme une vraie queue et que je pourrais ainsi aussi la satisfaire avec une queue bien grosse.

elle a dit ok pour le vendredi soir.

La deuxième a décliné l’offre mais à mis Madame en contact avec un amie à elle un peu plus vieille, elle a 71 ans qui elle avait toujours eu envie d’enculer un mec.

Elle lui a dit qu’elle pourrait se faire plaisir autant qu’elle le voudrait tant qu’elle acceptait de se faire monter par cette petite bite. Elle a aussi dit ok.

Les deux rdv on était pris pour vendredi soir 21 h pour la première et samedi 18 h pour la deuxième.

J’ai donc passé mes soirée de mon wk avec ces deux dames.

11 février, 2016

St valentin 2016

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 4:55

mise à jour N°4 le 23/02

Ma maîtresse m’a fait passer deux propositions à mettre sur le blog pour la St Valentin, me concernant bien entendu. Elle m’ a dit que ce soir elle me donnerait son choix.

Voici les deux mails reçu les deux demandes sont très différentes, mais je vois que personne ici ne manque d’imagination me concernant.

st valentin 2016.png 1

 

st valentin 2016.londre

Le 13/02

Ma maîtresse à choisi Londres pour deux raisons, effectivement c’est ce qui me plaisait le moins et ensuite ,elle y a aussi quelques connaissances pour elle qu’elle n’ a pas vu depuis quelques temps. Nous sommes arrivé hier soir et j’ai déjà du la voir se faire toucher et embrasser par deux beaux mâles dans un pub.  Pour moi nous avons rdv à 14 h 00 à Soho.

Jennyfer.      

le 18/02/16

Notre rdv devant un bar à Soho, fût le commencement de ma St Valentin. Deux hommes costaud et barbu, habillé en cuir, nous attendent. Ils parlent à ma maîtresse ils lui disent que pour la remercier en plus de la suite dans cet hôtel Londonien, ils avaient un autre cadeau pour elle.

 

Elle leur souri et leur demande de quoi il s’agit,

 

Il lui montre un homme qui arrive, lui c’est un de nos amis, il adore les jolies femmes, et en lisant le blog de ta merde, nous avons vu que toi aussi tu aimais les hommes bien montés.

 

L’homme est arrivé à nos côtés, il est super beau gosse et il est hyper foutu, malgré le froid il est en t-shirt moulant qui montre ses pectoraux et ses abdos. Un blouson de cuir par-dessus.

 

Les deux mecs lui présente ma maîtresse, voici la femme dont nous t’avons parlé, si tu veux bien lui faire visiter Londres pendant que nous on s’occupe de sa merde.

 

Ma maîtresse lui dit que pour elle se sera avec plaisir. Je vois à son regard que ce mec lui plait.

 

Ok les gars se sera avec plaisir pour moi aussi. En disant cela il l’attrape par la taille pour la coller contre lui. Elle se laisse faire, elle passe même sa main derrière sa nuque puis dans ses cheveux avant de l’embrasser devant nous trois.

 

Ce mec en profite pour passer sa main sur ses fesses et ses seins.

 

Content que vous puissiez passer la soirée ensemble, nous nous allons nous occuper de la merde.

 

Le mec me regarde, il ne devrait pas m’offrir sa femme avec de la belle lingerie ce cocu.

 

Oh si j’aimerais beaucoup dit ma maîtresse.

 

Ok allons chez Tony,

 

nous traversons quelques rues et nous sommes devant une belle boutique qui fait de la lingerie et des sexes toys de haut de gamme.

 

Nous entrons dans le magasin, ils discutent tous les quatre. Le mec vient vers moi, choisi la lingerie dans laquelle je vais baiser ta femme.

 

Je fais les rayons, je trouve un belle ensemble avec soutien- gorge pigeonnier et une culotte qui laisse toutes les fesses à l’air.

 

Je me dirige vers eux, je montre à ma maîtresse,

 

Ce n’est pas à moi que cela doit plaire mais à mon bel amant.

 

Qu’en penses-tu chéri, lui dit ’elle.

 

Oui c’est bien,

 

Moi je crois que je devrais l’essayer pour être sûr.

 

Même lui à l’air surpris par sa proposition.

 

Ok ok

 

Elle se dirige vers la cabine d’essayage, quand elle en ressort elle est juste avec ces dessous, elle est magnifique,

 

Même les deux gays font ouahou.

 

Le mec de dirige vers elle, elle se colle à lui, ils s’embrassent.

 

Je n’en reviens pas elle est à moitié nue dans ce magasin, ils s’embrassent à pleine bouche, il pose sa main sur ses fesses qui sont à l’air dans cette petite culotte, je le vois enfiler un doigt dans ses fesses, elle se colle encore plus à lui.

 

Un des deux gays me regarde et me dit j’espère que tu es aussi chienne que ta femme.

 

L’un des deux dits

 

Hey Jim bye, à demain,

 

Il m’attrape par le bras, bon nous on y va, moi ça m’a donné envie de baiser.

 

On sort de la boutique, j’essaie de me retourner pour voir ma maîtresse, elle est toujours collée au mec, voir même lové contre lui et elle appui son bassin contre son sexe.

 

Nous sortons de la boutique.

 

Je n’ai revu ma maîtresse que le lendemain à 11 heures.

le 20/02/16

Une fois sortie de la boutique, je me retrouve avec les deux caricatures d’homos, gros, barbu, habillé en cuir avec une casquette. Je suis au milieu des deux et nous marchons dans Soho, ils discutent ensemble comme si je n’étais pas là de ma maîtresse. En disant que Jim allait passer un bon wk avec cette salope qui n’avait pas froid aux yeux et au cul n’ont plus d’ailleurs.

Nous sommes arrivé devant une boutique enfin cela ressemblait à une boutique car une fois à l’intérieur, il y avait un petit hall avec un guichet, puis on pousse une porte battante et l’on se retrouve dans une très grande pièce comme une discothèque, un grand bar et une piste de danse.

Tout est en lumière tamisé. Il y a un mec au milieu de la piste qui hurle des ordres et trois hommes nus avec des colliers lumineux, deux verts et un bleu et qui font du ménage.

Les deux homos me poussent vers celui du milieu.

Tient-on à récupérer le colis à toi de jouer, nous on revient ce soir.

Ok dit ’il aux deux autres, sans même me jeter un coup d’œil.

Ils continuent de gueuler sur les trois autres.

Puis j’entends mets-toi à poils connard.

Je me déshabille devant lui, je ne suis même pas sûr que les trois autres m’aient vu.

Une fois nu il me regarde, je n’aurais jamais une cage aussi petite.

Il m’attrape par la bite et m’oblige à le suivre, il sert fort ce con et me fait mal, mais cela n’a pas l’air de le gêner.

Il pousse une porte, nous nous retrouvons dans un vestiaire, il y a plein de cassier comme à la piscine.

Au fond de ce vestiaire il y a un petit comptoir, il me lâche enfin les couilles et je pousse un ouf de soulagement. Il ouvre un placard, il y a une multitude d’objet dont certain je ne sais même pas à quoi cela peut servir et d’autre que je reconnais et dont j’espère bien que l’on ne les utilisera pas sur moi.

 

Il refait le tour du comptoir pour revenir vers moi. Il a une cage de chasteté dans la main. Il me fait monter sur un banc ce qui fait que mon sexe se retrouve à la hauteur de ses mains.

Il me pose la cage, il passe mes couilles sans aucun ménagement dans le cockring en métal.

Il met ma nouille dans la cage en métal. A l’intérieur il y a des pointes, si on a le malheur de bander cela doit stopper net l’érection.

Heureusement pour moi mon sexe ne remplissant pas la cage les pointes je ne les sens pas contre mon sexe, mais pour un mec normal il doit les sentir et même avoir du mal à rentrer sa bite dedans sans que les pointes ne lui fasse mal. C’est bien la première fois depuis que me maîtresse m’a fait réduire la taille de ma bite que je suis content d’en avoir une toute petite.

Il me pose un collier autour du cou, une fois mis en place il appuie sur un petit bouton intégré et il s’allume en rouge.

Je dois me mettre à quatre pattes sur le banc il retourne dans son placard derrière le comptoir. Je le vois poser dessus quelques plugs dont quelques ’uns dont je ne pensais même pas que des tailles comme cela pouvait exister.

Il revient vers moi avec un plug de bonne taille, il l’enduit de vaseline devant moi, il passe derrière moi et me l’enfonce dans le cul en se foutant complétement de savoir si cela me fait mal ou non, mon cul se dilate avec la vaseline il glisse bien à l’intérieur mais j’ai mal car la base est énorme, une fois que mon cul se referme dessus je me sens bien rempli.

Je dois me mettre debout mais j’ai du mal, car la douleur de l’introduction du plug et de me sentir bien rempli comme cela m’empêche de me tenir bien droit.

Il pose une laisse à mon collier et tire dessus pour que je le suive.

On se retrouve à nouveau dans la grande pièce les trois autres sont toujours au boulot. Nous passons devant eux. L’un dit à l’autre regarde c’est lui qui a le collier rouge, et l’autre lui a répondu tant mieux car moi mon cul n’en pouvait plus.

Nous nous entrons dans une autre pièce se sont les toilettes. Il y a 6 urinoirs et 5 portes avec des wc. Il me donne une serpillière et un balais.

Nettoie moi tout ça tu as une heure pour que ça brille et que l’on puisse manger par terre.

Je trouve curieux ces urinoirs car il faut monter sur une haute marche, comme une estrade pour pouvoir pisser dedans, mais au bout le tuyau d’évacuation qui relie les 6 urinoirs et souple, il est raccordé au mur.

Juste au-dessus, accroché au mur il y a un masque sur lequel il y a un embout ou vient se raccorder la même sortie que celle qui relie les urinoirs à l’évacuation dans le mur. Je comprends vite à quoi cela sert.

Un mec à genoux avec ce masque sur le visage, se retrouve plus bas que la vidange des urinoirs et reçoit dans la bouche la totalité de la pisse.

J’astique les urinoirs, j’y retrouve des capotes, du pain enfin il me semble vue que ça doit mariner dedans depuis la dernière soirée.

Je nettoie aussi les toilettes, dans deux il y a des poches suspendu avec une canule au bout et un robinet d’arrêt en plastique. Je comprends vite que cela sert au lavement.

Je termine par passer un grand coup de serpillière sur le carrelage, tout me semble propre.

J’attends un bon moment car je n’ai plus de montre et je n’ai plus vraiment la notion du temps qui passe.

Un homme rentre dans les toilettes, il va pisser et ressort.

A ce moment-là l’autre homme rentre à son tour. Il attrape ma laisse pour que je le suive.

Il inspecte les toilettes, va vers les urinoirs,

C’est quoi ça me dit’ il en me montrant l’urinoir ou le mec vient de pisser, je lui dis vous venez de croiser l’homme qui vient juste de pisser dedans. Il me met une tarte incroyable, je m’en fous de tes explications je voulais que tout soit propre nettoie moi celui-là, je veux aller récupérer les affaires pour le nettoyer.

Non connard avec ta langue, il tire sur ma laisse pour m’obliger à me mettre à genoux, il m’attrape par les cheveux et me fait nettoyer l’intérieur et le bord avec ma langue.

Une fois qu’il estime que c’est propre, nous sortons des toilettes.

Dans la grande pièce, les trois autres sont au milieu, ils sont nu et portent aussi des cages.

Il me fait mettre à côté d’eux.

Allez chercher le banc, deux des soumis partent et reviennent en portant un banc sur une bascule.

Il y a des sangles en cuirs partout dessus.

Il prend ma laisse et tire dessus pour me faire placer juste devant. Les trois autres soumis se mettent autour.

Ils m’attachent dessus. J’ai une sangle juste en dessous du cou qui m’oblige à avoir la tête bien droite. Mes bras sont sanglés le long de mon corps et mes jambes sont sanglées aussi au niveau des cuisses, des tibias et des chevilles.

Je sens quelque chose s’accrocher à mon plug, je ne peux pas bouger la moindre parcelle de mon corps.

On arrache mon plug de mon cul. Je n’avais pas vu que ce banc comportait un trou au niveau de mon cul. En fait maintenant que je suis bien attaché sur le banc je sens que mes fesses sont comme dans un trou.

J’ai le cul à l’air libre. Un des soumis apparait devant moi. Il a attrapé la base du plug avec sa bouche et il a tiré dessus. La devant moi il est encore avec la base dans la bouche et le plug qui en dépasse.

L’homme m’explique que maintenant je vais être le clou de la soirée, il me fait passer dans plusieurs positions. Ce banc a des crans qui le permettent de se retrouver dans toutes les positions. La tête en haut je peux me faire enculer, la tête en bas je peux sucer, allonger face vers le plafond me faire tripoter tout le corps, allongé face vers le sol me faire fister le cul.

Tu vas passer une bonne soirée connard.

Il m’a laissé la et il est parti avec les trois soumis, la lumière c’est éteinte, et j’ai dû rester là des heures car je me suis endormi.

Ce qui m’a réveillé c’est une musique assourdissante et j’ai vu des hommes qui commençaient à entrer dans le club en allant se mettre au bar.

Mise à jour N°2

Quand il y a eu pas mal de monde, quelques ‘uns sont venu autour de moi avec leur verre à la main.

Certain ce touchaient les couilles et le cul dans leur pantalon en cuir. Un collier bleu suçait deux mecs en même temps juste devant moi.

De toute façon, je ne pouvais voir qu’en face de moi il m’était impossible de bouger la tête. La sangle sous mon menton m’obligeait à tenir la tête bien droite et haute.

Des mains ont commencé à me peloter le cul, puis des doigts se sont égarés dans mon cul, puis plusieurs.

On m’a fait basculer la tête en bas un mec à sortie sa queue et me la mise dans la bouche, je ne pouvais pas le sucer mais lui par contre me baiser la bouche comme s’il baisait une chatte ou un cul.

Ils ont été plusieurs à faire cela, je ne me rendais pas vraiment compte car mon cerveau commencé à se remplir de sang. (J’ai su après qu’il y avait un sablier et qu’a chaque fois qu’il était fini il basculait le banc dans un autre sens.)

Je ne sais pas combien de mecs m’ont enculé mais ils étaient nombreux dans ce club.

Au bout d’un moment un petit vieux et bedonnant et venu avec le mec qui m’avait attaché sur ce banc.

Ils m’ont détachée du banc, le petit vieux m’a attaché une laisse sur mon collier. Il m’a fait monter sur une table basse dans un angle vers le bar. Il y avait posé dessus tout l‘équipement pour faire de moi un chien.

Il m’a enfilé un masque de chien, il m’a fait mettre des moufles aux mains, puis aux pieds, des genouillères, et il a fini par me mettre le plug en forme de queue de chien.

Il l’a enfoncé d’un geste brusque et il devait être gros car après m’être fait autant enculer depuis le début de la soirée, je n’aurais pas du autant le sentir passe.

Une fois ainsi en chien il m’a fait descendre de la table basse, il m’a promené comme cela dans le club. C’est la première fois que j’avais des moufles aux mains et aux pieds et cela change complètement ma démarche.

Ensuite il s’est dirigé vers un canapé, il s’est assis puis il m’a dit de ne pas bouger, il m’a fait faire le beau, couché, assis. Il m’a fait monter sur le canapé, il m’a caressé comme on caresse un chien, puis il a sorti sa bite et me l’a fait la lécher, puis le sucer. Il a joui dans ma bouche en me tenant par les oreilles de mon masque il avait sa queue bien au fond de ma gorge. J’ai du avaler tout son foutre sans pouvoir rien faire.

Il m’a fait descendre du canapé, m’a emmené à une écuelle, j’ai pu boire en lapant, bien entendu ce n’étais pas de l’eau mais de la pisse.

Il a attaché ma laisse à un poteau, puis il est parti, un couple de mec est venu me chercher, j’ai du les sucer tous les deux puis ils m’ont enlevé mon plug et ils m’ont enculé à tour de rôle pendant que je suçais l’autre, ils ont joui tous les deux de la même manière en me tenant par les oreilles et leurs queues bien au fond de ma bouche.

Je n’en pouvais plus car ils m’ont baisé un sacré moment ils étaient hyper endurant et ils avaient des queues bien dures.

Ils m’ont rattaché à mon poteau, un mec très grand, très fin et venue me chercher, il m’a fait remonter sur la table basse et il m’a enlevé ma tenue de chien. 

Mise à jour N°3 le 21/02/16

Ce gars avait l’air différent de tous ceux qui était là. Il n’était pas barbu ou moustachu, plutôt imberbe, il était habillé avec un haut en filet et un string en cuir rouge.  

Il s’agenouille devant moi, il me dit en français, moi ce que j’aime c’est qu’un mec m’éjacule tout son sperme dans ma bouche. Et je sais qu’il joui encore plus pendant qu’on leur bouffe le cul. Donc pendant que je  vais sucer des mecs toi tu leur boufferas le cul et ne fait pas semblant plus tu leur fourreras dans la langue dans le cul et plus ils me donneront de sperme. Si tu fais bien ton travail je te récompenserais. 

Je l’ai suivi attaché à ma laisse et quand il se mettait à genoux devant un mec, moi je me mettais à genoux derrière le mec. Il a sucé sept mecs et du coup j’ai du bouffer sept cul de mec plein de poils et de sperme pour certain qui s’était fait enculer durant la soirée.  

Il m’a ramené sur la table basse. Tu as mérité ta récompense ne bouge pas. Il est revenu avec un mec au collier vert, il l’a fait mettre à genoux derrière lui, il m’a donné sa queue à sucer, tu vas voir tu vas adorer m’a-t-il dit en attrapant ma tête et en me fourrant sa queue dans ma bouche, je l’ai sucé presque avec envie car il avait une très belle queue, sans un poil sur le pubis et les couilles, un très beau gland, que j’ai aimé téter. En le regardant pendant que je le suçais j’ai vu qu’il prenait un vrai plaisir à ce que je le suce.  

Il s’est cambré d’un coup, il m’a regardé en me disant régale toi et il a déchargé une quantité incroyable de sperme dans ma bouche, quand il a eu fini de jouir, il s’est mis à genoux devant moi et il m’a embrassé pour récupérer un max de son sperme, ce qui n’était pas pour me déplaire.  

Puis il est reparti avec le soumis au collier vert.  

Je suis resté à quatre pattes sur ma table basse, jusqu’à ce que l’on vienne me chercher à nouveau. 

Un grand costaud est venu vers moi, il parait que tu aimes la pisse vient tu ne vas pas être déçu.  

J’ai un mouvement de recul car je me souviens instantanément ce que j’ai vu dans les toilettes. Ce masque qui peut se relier aux urinoirs. 

Il tire d’un coup sec sur ma laisse et je tombe de la table basse, il est costaud, il me traine par terre, j’essais autant bien que mal de me redresser pour le suivre en marchant.  

Il pousse la porte des toilettes, j’ai l’impression qu’il y a autant de monde de ce côté que de l’autre. Il y a des mecs à quatre pattes avec les canules dans le cul pour les lavements. 

On arrive devant les urinoirs, les mecs font la queue pour aller pisser, et je vois dans le coin un collier bleu à genoux avec le masque sur la tête et le tuyau de vidange des urinoirs raccordé sur le masque. Il est attaché avec sa laisse au mur il ne peut donc pas s’échapper de ce qui lui arrive.  

Il me fait allonger au pied de l’estrade, il va vers un placard que je n’avais pas vraiment vu quand j’ai nettoyé les lieux.  

Il revient vers moi avec une couche à la main. Je n’en reviens pas. Une couche même ici chez les homos. Il la passe sous mes fesses. Quelques mecs le regarde faire.  

Une fois la couche en place, il interpelle les mecs qui font la queue pour pisser, 

Oh les gars pourquoi vous ne pisseriez pas là sur cette merde. Certain sortent leurs queues et me pisse dessus depuis le haut de l’estrade d’autre ce mettent au dessus de moi et me pisse dessus. 

Une fois qu’ils ont fini le gars se met à genoux devant moi et ferme ma couche qui est pleine de pisse, je sens qu’elle est lourde quand il la pose sur moi, elle est chaude aussi.  

Il me sort des toilettes comme ça avec ma couche bien trop lourde entre mes jambes. Nous allons sur la canapé, je vois qu’il a était entièrement recouvert de plastique.  

Il s’assoie, me fait venir sur ces genoux, il m’embrasse à pleine bouche, me caresse le corps, et surtout ma couche qui coule toute la pisse dont elle est pleine. Sa queue devient très dure dans son pantalon, c’est incroyable comme il malaxe ma couche, j’ai l’impression qu’il va la déchirer. Il m’allonge sur le canapé, il sort sa queue, un putain de beau morceau bien turgescent.  

Il s’allonge sur moi, m’embrasse à pleine bouche et frotte sa queue contre ma couche, il me retourne et fait la même chose.  

D’un seul coup je sens une terrible douleur dans le bas du ventre comme si des aiguilles me transperçaient.  

Je me rends compte que je suis entrain de bander dans ma cage et que les piques à l’intérieur me rappellent que c’est strictement interdit. 

Un  gros porc se frotte sur moi dans une couche pleine de pisse d’une dizaine de mec et moi je bande, pour la première fois depuis des mois, et mon sexe malgré la douleur n’a pas envie de dégonfler et avec le poids du mec sur moi cela me fait terriblement mal.  

Il se reléve un peu sur un bras de l’autre je le sens faire un trou dans la couche qui se déchire sans difficulté vu son état, il m’encule d’un bon coup de rein et il joui aussitôt en moi.  

Il m’écrase de tout son poids, ma queue est coincé dans les aiguilles, j’ai mal. Et j’ai aussi l’impression que ce mec est entrain de me pisser dans le cul.  

J’essais de me dégager mais il m’en empêche. Il s’endort sur moi  car je l’entends ronfler mais sa queue est toujours dans mon cul.  

Il n’y a presque plus personne dans le club. Un mec vient quand même se mettre devant nous et me donne sa queue à sucer, il la sort de ma bouche pour me jouir sur le visage. Il se met devant moi et nettoie son sperme avec sa langue. Il s’en va. 

Le mec se réveille sort sa queue de mon cul, j’ai l’impression qu’il bande toujours.  

Il me retourne se frotte à nouveau contre ma couche et joui dessus, il pongle sa tête sur ma couche, la renifle, la lèche. Il vient m’embrasser avec son sperme et la pisse qui coule encore de la couche. 

Il se lève et part. 

Je reste la et je m’endors car je suis épuisé, je ne sais pas depuis combien de temps je me fais baiser, mais cela fait des heures et des heures que je suis là àme faire humilier et baiser,que je sers de vide couilles et de vessie. 

 

Je suis réveillé en me retrouvant par terre, le gars qui m’avait reçu vient de me virer du canapé. 

Connard tu crois que tu es la pour dormir, il me regarde, j’ai toujours sur moi la couche toute déchirée.

Alors c’est vrai que tu aimes la pisse, numéro 1, 2 et 3 ici toute de suite.

Les trois gars au collier vert et bleu arrivent.

Ils ont chacun un espèce de harnais autour de la taille puis derrière eux un balais qui les suit. En fait le manche du balais est raccordé à un god qu’ils ont dans le cul et en marchant ils balaient la salle.

Comme vous avez tous fait votre travail de soumis et que aucun clients ne s’est plaint de vous durant la soirée, j’ai décidé de vous accorder chacun d’avoir du plaisir. Vous trois vous allez jouir et toi me dit ‘il tu vas avoir de la pisse.

Nous allons dans les toilettes il me met à genoux au bout des urinoirs, il m’enfile le masque, il enlève les harnais et les cages aux trois autres soumis.

Ils leur dit de se branler et de jouir ils ont une minute pour ça. Ils y arrivent sans problème, allez y maintenant pissaient tous les trois et je reçois toute la pisse et leur sperme dans ma bouche.

Il est impossible de fermer la bouche car à l’intérieur du masque il y a un tuyau qui rentre dans la bouche.  On avale donc tout ce qui arrive.

Une fois terminé, nous avons le droit de prendre une douche, on nous redonne nos affaires.  Moi j’ai une couche en plus. Ce sont les ordres de  ta maîtresse. Je regarde ma montre il est 10 h 15. Je n’en reviens pas je suis là depuis 15 h 30.

Je demande de quand à quand la soirée à durée,

Il me répond de 18h à 6 h pour le dernier parti. J’ai passé 12 h à me faire baiser comme une chienne.

Je sors du club, l’air frais de Londres me fait du bien, je m’achète des viennoiseries. J’en ai besoin mon estomac doit éponger toute la pisse et le sperme de ces douze dernières heures.

Je rentre à l’hôtel rejoindre ma maîtresse.

 

Mise à jour N°4 le 23/02

 

En arrivant à l’hôtel je vais à l’accueil, je demande la chambre 405.  Une voix d’homme me répond,

bonjour je suis le mari de votre amante, je voulais lui dire que je suis arrivé.

Ok monte le cocu, on t’attendaient. 

Je monte, frappe à la porte,

c’est lui qui vient m’ouvrir, il est en peignoir,

Ma maîtresse est entrain de prendre son petit déjeuner dans la chambre,

Comment va le cul de ma petite pute, Jim à reçu un texto nous disant que tu t’es fat démonter ton petit cul toute la nuit.

Remarque ma chérie je ne suis pas jalouse car moi aussi, j’ai eu une belle nuit de St Valentin.  

Regarde me dit’ elle en me montrant 4 capotes posées sur un bol. Tu vas bien prendre un café ma chérie.

Oui Maîtresse. 

Parfait pendant ce temps Jim va me baiser devant toi car il voulait te voir me lécher la chatte pleine de sperme. 

En disant cela elle me sert une tasse de café, fait couler les capotes dedans, puis elle se met à quatre pattes sur le lit, 

Jim enlève son peignoir il a une superbe queue avec un gland hyper gonflé de désir, il se pose derrière ma maîtresse, il l’a prend par la taille et la lime devant moi qui boit son sperme dans mon fond de café. 

Oh ma chérie si tu savais comme j’aime sa queue elle me rempli si bien la chatte, déshabille toi ma pute.

Je me met nu je me retrouve en couche devant eux deux. 

Jim joui en moi, rempli moi de foutre pour ma pute de mari.

il l’attrape par la taille et dans un grand râle il joui en elle. A genoux me dit ‘il.

Je me mets à côté de lui il a encore sa queue dans sa chatte, je vois cette bite sortir doucement , a peine à t’il sorti son gland que le sperme coule de la chatte de ma maîtresse je me jette dessus et je la lèche en lui fourrant bien ma langue dans sa chatte, pour tout récupérer. 

Mon clito petite salope, pense à mon clito, je lui donne quelques petits coups de langue et elle joui à nouveau.  

Je pense en avoir fini mais non, il me tend sa queue pour que je la nettoie, et elle pleine du jus de ma maîtresse.   

Je vois que ma salope aime bien la bite de mon amant. Je vais oui de la tête tout en finissant de la lécher. 

J’ai envie de faire pipi vient dans la douche. Je la suis.

Elle se pose sur le bord de la baignoire met toi devant moi et tire sur ta couche, elle n’est pas encore mouillée, c’est dommage non.

Oui Maîtresse, 

je tire sur ma couche elle se laisse aller et je reçois un jet puissant sur mon ventre qui coule ensuite dans ma couche.

Jim est rentré lui aussi dans la baignoire il met sa queue dans ma couche et lui me pisse sur le cul.

Les deux avaient très envie de pisser vu le poids de ma couche une fois qu’ils ont fini.

Mais je dois avouer que je me sens bien au chaud dans cette couche pleine de pisse. 

Bien tu peux aller m’attendre en bas, nous allons finir de prendre notre petit déj, notre train est à 14 h 00.  

Mais ma couche va fuir si je m’assoie

et alors qu »es ce que tu veux que ça me fasse, c’est toi la pisseuse en couche pas moi.

Je me suis habillé et je suis descendu dans le hall. Je suis allé au toilette, j’ai appuyer sur ma couche pour la faire couler un maximum de l’excès de pisse, puis je l’ai essuyé avec du papier toilette en espérant que cela suffise une fois que je m’assoirai. 

A 13 h ma maîtresse est arrivé dans le hall avec Jim, elle l’a remercié pour la nuit en l’embrassant à pleine bouche devant tout le monde.  j’ai pris sa valise et nous sommes allés à la gare.

Dans le train, elle m’a pris un café et elle a sorti de son sac une capote,

tient Jim m’a baisé encore une fois après que tu sois sorti de la chambre ça l’a beaucoup excitée de te voir me lécher pleine de sperme.

Jus qu’au dernier moment j’aurais avaler du sperme anglais.

Voila ma St Valentin 2016.

Jennyfer La petite chienne à sa Maîtresse. 

 

 

23 janvier, 2016

en Italie

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 9:43

Mise à jour 04/02/16 à 17 H 00 PARTIE 2 et 3

 

Je suis depuis lundi en Italie dans le même hôtel ou je descend habituellement.  Bien entendu ma maîtresse m’a dit d’aller trouver le serveur Federico pour qu’il me prenne en main pendant mon séjour ce qu’il n’a pas manqué de faire.

Déjà en arrivant lundi à 14h00  à l’hôtel une fois dans ma chambre, il vient frapper à ma porte.

J’ouvre, il me dit 

la pute française est de retour il ferme la porte sort sa queue je le regarde, il met met un claque magistral, du coup je me mets à genoux et je le suce, il mouille pas mal quand le sort de ma bouche des files de jute me rattache à sa queue, je lui fais une belle pipe.

Il m’attrape la tête, fourre toute sa queue dans ma bouche et décharche son sperme directement dans ma gorge.

Il m’a dit qu’il allait s’arranger pour pouvoir s’occuper de moi les soirs. Du coup il s’est fait mettre du matin pour les petits déj, ce qui lui laisse du temps le soir pour m’emener dans cet hôtel de passe dans le centre ville. ( http://obeissant.unblog.fr/2015/03/21/des-nouvelles-du-cocu/)

Mardi matin et ce matin à 5h30 il a frappé à ma porte il a sorti sa queue et je l’ai sucé; il a joui dans ma bouche.

Une horreur à peine réveillé la bouche patteuse il joui en me tenant la tête pour que je ne recrache pas son sperme. Ensuite je mets à genoux dans la douche et il me pisse dessus.

Quand je prends mon petit déj à l’hôtel vers 7h30 dans mon café il y a une belle trace blanche et je sais que ce n’est pas de la créme.

Lundi et mardi je suis allé avec lui dans cet hôtel et j’ai vu qu’il se faisait payer pour me laisser dans la cave. 

Je raconterai cela à mon retour car  jeudi soir il m’a dit qu’une soirée était organisé pour la pute française.

Jennyfer la pute française.

le 23/01/16 à 10h00

Ma première soirée a commencé le lundi soir à 21h00. J’avais rdv avec Federico devant mon hôtel.

Il est là, je monte dans sa voiture. Il ne dit pas un mot et il conduit jusqu’à cet hôtel en ville que je connais bien malheureusement pour moi.

Nous sortons de la voiture, nous entrons dans le hall. Derrière le comptoir d’accueil le patron est là. Ils discutent tous les deux en Italien.

Je t’amène la pute française tu t’en souviens,

Ah oui tu aurais dû me prévenir j’ai des vieux qui auraient adoré la baiser.

Elle est là pour 4 nuits tu as le temps de préparer une soirée. L’avantage c’est que les femmes qui ne veulent pas se faire baiser par tes gros porcs de clients peuvent baiser cette pute.

Ok je la prends pour les 4 nuits, ils vont bien payer pour baiser et se faire sucer.

Tu connais le chemin la pute avance me dit le propriétaire.

Je me dirige vers l’escalier qui descend dans la cave, j’attends devant la porte et je vois le propriétaire donner de l’argent à Federico. Plus de doute il me fait bien faire la pute.

L’homme me rejoint, il ouvre la porte, tu vas voir on a fait des aménagements.

En bas de l’escalier nous prenons un petit couloir qui nous mène devant une porte, il la pousse. En effet la cave a été aménagée. Des canapés sont posés dans la pièce, le petit bar a été agrandi, deux sont homme vieux et bedonnant sont accoudés. Une espèce de petit estrade est posée au milieu de la pièce, dessus il y a un matelas. Sur la gauche il y a un paravent, juste devant il y a 4 personnes qui regardent derrière.

Une lumière rouge tamisé sert d’éclairage.

Monte sur l’estrade et fous-toi à poils.

Je me dirige vers le centre de la pièce, j’enlève mes chaussures, je monte sur le matelas et je me déshabille.

Les deux hommes du bar me regardent, le proprio va vers les personnes qui sont devant le paravent. Je ne sais pas ce qi se passe derrière mais des hommes crient des mots comme chienne, salope, avale………….

Je suis nu, mes affaires disparaissent dans une armoire que le proprio ferme à clef. Il me fait descendre de l’estrade me pose devant les deux hommes du bar.

Je me mets à genoux, chacune de mes mains se posent sur leurs braguettes, j’appui ma main sur leurs sexes, je les sens gonfler. J’ouvre la braguette de celui qui me semble le plus dur. Je sors sa queue, une petite queue mais très large.

L’autre n’a pas perdu de temps sa bite est aussi sorti de son pantalon, une bite moyenne mais molle.

Il pousse ma tête vers sa queue, je le prends dans ma bouche en gardant l’autre dans ma main pour le branler.

Je les entends continuer de discuter comme si je n’étais pas là. Je m’active car je me dis que plus vite ils jouiront plus vite je serais rentrée.

J’ai beau le sucer avec application il ne bande pas vraiment sa queue n’est plus molle mais elle ne se dresse pas. L’autre est bien dur dans ma main, je change de bite, lui a un fort goût de pisse. Je le suce, il attrape ma tête et joui en moins de trente seconde de pipe.

Il pousse un gros râle, pendant que j’avale son foutre épais et très salé.

Quand j’ouvre les yeux deux hommes sont devant nous. Et je reçois une éjac sur la joue, le deuxième homme que j’ai sucé, à sa queue dans la main il se branle, il n’est pas plus dur que tout à l’heure mais il a éjaculé sur mon visage.

Il me tend sa queue pour que je la nettoie.

Il demande une petite cuillère au barman. Il la prend, ramasse le sperme que j’ai sur le visage et me le donne dans la bouche. J’avale se sperme. Il me pousse du pied et je les vois remettre leurs queues dans leurs pantalons.

L’un des deux hommes qui nous regardaient me prend par le bras et me tire vers le paravent. Je suis toujours à genoux, trois hommes se poussent et je vois une femme très grosse et apparemment assez vieille entrain de se faire baiser par deux hommes. Un mec lui baise la chatte et elle suce le deuxième.

Il me pose dans un coin derrière le paravent. Je me demande qu’elle va être mon rôle, je ne tarde pas à le savoir, l’homme qui est entrain de la baiser, l’attrape par les hanches, enfin de gros bourrelets, et dans un grand cri joui en elle. Il lui donne encore quelques coups de reins.

Il se retire d’elle, le mec qu’elle suçait vient prendre la place et l’autre vient me donner sa queue à nettoyer. Elle pue le sexe et elle est surtout pleine de foutre de jute, elle est toute visqueuse. Il me prend par les cheveux, m’oblige à ouvrir la bouche et me fourre sa queue dans la bouche, je suis sur le point de vomir tellement l’odeur est forte. Une fois qu’il estime que sa queue est propre il s’en va et me laisse dans mon coin, un autre mec se fait sucer. Ils ont été 5 à la baiser, j’ai donc nettoyé ces cinq queues. Aucun n’a une taille de sexe bien grande mais ils ont tous plus de 65 ans et ils sont tous obèse.

Je ne sais pas quelle heure il est, car certains l’ont baisé pendant de très long moment passant de sa chatte à son cul.

Un des hommes enlève le paravent, ils sont trois au bar. Les autres sont autour d’elle et discutent. Ils la poussent du pied vers le centre de la pièce. Ils l’a font monter sur l’estrade, moi on me tire par le bras jusqu’à elle.

Je la vois vraiment pour la première fois je suis juste devant elle. Elle est bien plus vieille que je le pensais, elle est toute ridée. Des cheveux gris. Ces seins sont gros et lourds mais flasque aussi.

Embrasse la me dit l’un des hommes. Nous sommes à quatre pattes l’une devant l’autre j’approche mon visage du sien, elle ouvre la bouche je vois du sperme coulé sur son menton, je sens ma tête s’avancer plus rapidement que je ne l’aurais fait, un des hommes me pousse vers elle, je l’embrasse et elle me donne le sperme qu’elle avait encore dans la bouche.

Ils nous empêchent de nous séparer et nous devons échanger un long baisé gluant, sa langue vient fouiller ma bouche.

Je sens des doigts me pénétré le cul sans aucunes précaution. J’ai l’impression qu’on m’élargie le cul. En fait je suis entrain de me faire fister. Du coup j’attrape cette vieille femme par le cou pour me tenir à elle. Elle me relève la tête et m’embrasse à nouveau mais cette fois cela ressemble plus à un baiser de compassassions, elle est plus tendre dans son baisé.

J’ai l’impression qu’ils sont plusieurs à m’enfiler leurs doigts et leurs mains dans mon cul.

Pendant ce temps-là, ils demandent à la vieille femme de se retourner, je me retrouve avec sa chatte et son cul béant devant moi, la lumière a beau être tamisé je vois bien que ça chatte est pleine de poils tout gluant et qu’elle dégouline de sperme.

Lèche la pute française me dit ’on

Je ne bouge pas je n’ai pas envie d’avoir la tête dans un tel merdier gluant, mais je n’ai pas le choix, je sens une main me pousser fortement malgré ma résistance.

Je fini par avoir tout le visage dans son cul, on me la frotte contre sa chatte,

Autour de moi j’entends, lèche, lèche, je ne le fais pas, et la sur mon cul je sens une brulure vive ils viennent de me donner un coup de ceinture très violent.

Pour éviter que cela recommence je lèche cette chatte, se cul dont s’écoule du sperme. J’ai l’impression que plus je la lèche plus sa chatte bave de mouille. D’un seul coup je sens un jet chaud m ‘envahir la bouche elle me pisse dessus, je veux reculer ma tête mais une main m’en empêche. Elle devait avoir une sacrée envie de pisser car, elle m’inonde carrément le visage et la bouche. Le matelas est trempé de pisse.

On me fait relever, la femme se met sur le dos en se positionnant au bord du matelas. On me pousse vers elle je m’agenouille devant elle et je dois lui bouffer la chatte pour la faire jouir.

Je n’en peux plus je suis épuisé ça doit faire des heures que ça dur, ils ne sont plus que trois dans la salle enfin la cave. Un bande encore les autres ont leurs queues sortie de leurs pantalons mais molle.

Je lèche cette chatte, mais j’ai mal à la mâchoire. Je trouve son clito tout dur sous un pli de sa grosse chatte, je joue avec, elle jouit dans un grand cri et elle mouille fortement une nouvelle fois. Je me demande si ce n’est pas une femme fontaine.

Encore, encore cri t’elle, je me rends bien compte que ce ne sont pas ces mecs qui cherchent à la faire jouir eux ils sont juste là pour se vider les couilles. Alors je recommence à la lécher pour que tout se termine au plus vite.

Je n’avais pas vu que les deux hommes étaient venu se mettre à coté de nous et ils m’ont pissé dessus pendant je léchais sa chatte.

Une fois fini de pisser ils sont partis. Le dernier m’a fait monter sur elle, il nous a présenté sa queue et nous l’avons sucé tout en nous embrassant. Il a joui dans nos bouches puis il est parti. J’ai relevé la tête il n’y avait plus personne.

J’ai voulu me lever pour partir, elle m’en a empêché, elle m’a embrassé, caresser, je n’avais vraiment pas envie de me gouiner avec elle. Elle a attrapé mon clito dans sa main, mes couilles et ma petite bite tenaient largement. Sa main était chaude et tendre, j’ai cherché son sein je l’ai pris dans ma bouche ; lui aussi sentait le sperme et la pisse mais je l’ai tété. J’ai dû m’endormir comme cela. Car j’ai été réveillé par un jet de pisse, le proprio était au-dessus de nous.

Toi dégage me dit ’il on ferme, et toi va te coucher dans deux heures tu te lèves pour servir les petits déjeuner.

Il y avait un petit bac à eau ou j’ai pu me rincer le visage, mais j’ai dû m’habiller en puant la pisse. J’ai pris un taxi et je suis rentré à l’hôtel à 4 heures du matin.

Ce que je ne savais pas c’est que je serais réveillé à 5h30 pour sucer Federico qui venait prendre son service pour le petit déjeuner.

Voici ma première nuit, les autres n’ont pas était meilleur pour moi.

Jennyfer la pute des Italiens. 

PARTIE 2

Ma deuxième soirée a été différente. Quand je suis arrivé dans cette cave avec le patron il y avait un couple assis sur un des canapés. Il m’a emmené vers eux, il leur à parlé en Allemand, ne comprenant pas cette langue je ne sais pas ce qu’il leur à dit, mais j’ai dû comme la vielle monter sur l’estrade du milieu, me déshabiller, une fois nu il m’a dit de retourner vers le couple et d’être bien sage avec eux.

Il devait avoir tous les deux plus de 65 ans, ils étaient plus que gros. Elle, elle portait un chemisier en satin mauve, une jupe trop courte pour son âge qui laissait apparaître de grosse jambe pleine de varice. Lui avait un t-shirt blanc et un pantalon en cuir.

Une fois devant eux ils m’ont fait tourner sur place, j’ai dû m’arrêter en faisant face à lui et tournant le dos à Madame.

Il a commencé par m’attraper mes petites couilles en les serrant très fort, je me suis tordu de douleur et en même temps j’ai senti une brûlure sur mon cul, elle venait de me mettre un coup de martinet. J’ai du me redresser. Il tenait toujours mes couilles dans sa main. Il a approché sa bouche de ma toute petite bite, il l’a mis dans sa bouche et à commencé à me sucer. Pendant ce temps là j’ai senti des doigts venir me fouiller le cul puis une main en entier me triturer le cul pendant que lui me sucer. Pour la première fois depuis des mois voir même une année j’ai bandé. Pas une érection qui a fait que j’avais une grosse bite mais mon petit bout était tout dur.

Difficile de savoir si c’était sa bouche ou la main que j’avais dans le cul qui me faisait cet effet, peut être un mélange des deux. En tout cas je mouillais beaucoup sa bouche était relié à mon  gros clito par des files de mouille et de bave.

Ils m’ont fait mettre à quatre pattes sur la canapé, elle est resté derrière moi à me fister pendant que lui avait sorti sa queue de son pantalon. Il n’était pas très grand et gros mais il avait une queue incroyable grosse longue et large, sur lui elle faisait même disproportionner.

J’ai commencé par sucer son gland qui coulait déjà beaucoup, j’ai eu beaucoup de mal à le mettre dans ma bouche mais il tenait ma tête entre ses mains et me baiser la bouche à chaque fois que sa queue touchait le fond de ma gorge j’avais des hauts le cœur. J’ai vraiment eu l’impression que cela à durer des heures.

Puis ils se sont parlé et la même si je ne comprends pas l’allemand, quand elle a sortie sa main de mon cul et lui sa bite de ma  bouche j’ai su qu’il allait m’enculer.

Il m’a pris par les hanches sa queue était contre mon cul je sentais la chaleur de son gland et il m’a enfilé d’un seul coup, il est rentré tout seul vu que sa femme a passé son temps à me fister mais c’est la longueur de sa bite dans mes intestins qui m’a surpris. Elle s’est mise sur le dos et m’a fait lécher sa chatte toute poisseuse et pleine de poils blanc. Elle a joui plusieurs fois en m’inondant le visage. Lui m’a pilonné pendant des heures j’avais le cul grand ouvert je ne  faisais plus la différence quand il était en moi ou sorti de moi, la seule chose qui faisait la différence c’était que je ne sentais plus rien au fond de moi qui me labourer mes intestins.

A un moment il m’a attrapé fermement par les hanches, j’ai senti ces couilles taper contres les miennes et il a hurlé en allemand je ne sais quoi. Mais sa femme s’est levé et elle m’a bouffé le cul d’où le sperme de son mari devait couler à grand flots car j’ai senti son gland se secouer de long moments.

Ils m’ont ensuite jeté du canapé, puis ils se sont embrassés.

Sur le bar il y avait des pizzas, j’ai voulu en manger un bout j’étais épuisé, le barman m’en a coupé une  belle part, puis il a pris une carafe et a fait couler dessus une crème. C’est en y regardant mieux que je me suis aperçu que c’était du sperme des mecs avait du jouir ou vider leur capote dedans, je ne sais pas mais en tout cas, cela à bien couvert ma part de pizza.

Il m’a pris par le bras m’a emmené dans un coin de la cave il y avait un matelas par terre qui puait la pisse. J’ai dû me mettre à genoux dessus, il a crié la pute française va manger sa pizza, plusieurs personnes sont venu autour de moi dont le couple qui venait de me baiser, ils m’ont regardé manger ma pizza, ce sperme froid et gluant était répugnant.

Une fois fini plusieurs mecs ont dit que je devais avoir soif ils ont sorti leur bite et m’ont pissé dans la bouche pour me rincer.

Ensuite ils m’ont laissé la, puis un des mecs qui m’avait pissé dessus et venu vers moi, il m’a dit qu’il était le taxi et il m’a ramené à mon hôtel, il était déjà 2 heures du matin.

 

PARTIE 3

Ma fameuse soirée du jeudi soir.

Comme me l’avez dit Federico, le jeudi soir une soirée avait été organisé et j’y étais plus que cordialement invité puisque j’en étais la principale invité, je dis ‘’la’’ car j’étais invité en tant que LA pute française.

Je suis arrivé à 20 h 00, c’est la grosse femme de la première soirée qui m’a prise en charge, je l’ai suivi dans la cave. J’ai dû me mettre nu. Elle me donne une tenue de soubrette en satin des bas noires autos fixant, et une paire d’escarpin avec des talons de 6 cm

Ils étaient en taille 40 et trop petit pour moi. J’avais les orteils recroquevillés cela me faisait mal mais surtout je ne me voyais pas passer des heures avec ces chaussures. Je lui explique mais je n’ai pas le choix il n’y a rien d’autre.

Elle me donne une perruque bas de gamme, coupe au carré de couleur rose. Je lui demande une culotte, elle me dit non, elle lève sa tenue de soubrette et elle me montre qu’elle n’en a pas non plus.

Je la suis au bar, je l’aide à préparer les verres, et quelques anti pasti.

Le patron de l’hôtel arrive passe derrière le bar, me regarde, tout en me mettant ses doigts dans le cul il me dit que habillé comme cela je fais une belle pute. 

Les premiers invités sont arrivés vers 21h00, La grosse femme prenait leur manteau, moi j’étais à genoux à côté du bar, avec un plateau dans les mains où était posé des verres de Proseco. Chacun venait se servir et aller ensuite s’installer sur les canapés.

A 21h30 tout le monde devait être arrivé puisque le patron est revenu, il est monté sur l’estrade.

Messieurs merci d’être venu, ce soir nous avons une innovation pour notre petit club. Le barman se dirige dans un coin de la cave. Il revient en poussant un gros tonneau, sur le dessus il y a comme un énorme coussin en cuir, sur les côtés des attaches en cuir. Des sangles pendent de part et d’autres.

J’ai déjà vu ce type de tonneau au Donjon à Paris rue Mercadet au début des années 90, il était encore à l’époque affilié à un club qui est devenu le château des Lys. Je fréquentais cet endroit en tant que travestie.

Du coup j’en connais malheureusement le fonctionnement. Il explique que dessus cela permet d’attacher une personne, le corps de la personne repose sur ce gros coussin les jambes et les bras sont dans le vide et attachés au bracelet en cuir, le long du tonneau. La personne offre donc totalement ses orifices et sa bouche sans pouvoir bouger.

Ce tonneau est plus sophistiqué que celui que j’avais déjà vu, car il est monté sur un roulement à billes ce qui le permet de le faire tourner comme un tourniquet.

Il continu d’expliquer qu’ils n’auront qu’à se mettre autour du tonneau avec leur verre que celui qui se trouvera en face de la personne attaché se fera sucer et celui qui sera derrière pourra baiser la personne sur le tonneau.

Tout le monde applaudi.

J’ai une deuxième surprise que certain connaissent déjà, nous avons la pute française pour toute la nuit à disposition.

Je propose que l’on commence par elle, il y a un oui général dans la salle

Le barman me prend par le bras me fait lever et m’amène jusqu’au tonneau.

Le barman me pousse pour monter dessus en me mettant ses doigts dans le cul.

Le patron me positionne dessus, j’ai la tête qui repose sur le coussin, il m’attrape un bras puis l’autre et les attaches sur le côté, je sens que l’on m’écarte les jambes pour les attachés aussi.

Une main passe sous mon ventre et dirige ma petite queue vers l’arrière.

La position par elle-même n’est pas très confortable, mais je ne suis pas mal installé sur ce tonneau.

Le patron se met en face de moi, sort sa queue me la met dans la bouche, je le suce quand il est assez dur il fait tourner le tonneau mon cul se trouve juste devant lui et il m’enfile sa queue que je viens de sucer dans le cul. Il s’enfonce bien au fond de moi.

Le barman vient se placer face à moi et me donne sa queue à sucer. Et je me fais baiser comme cela devant tout le monde. Le patron sort de mon cul, le barman de ma bouche, ils me font tourner et c’est le patron que je suce et le barman qui m’encule.

La soirée va être longue ils sont neuf mec ce soir. Je me suis faite baiser comme cela pendant des heures j’avais le cul et la bouche en feu. Quand ils m’ont détachés je ne tenais même plus sur mes jambes mes membres étaient tous engourdit.

Ils m’ont déposé sur le matelas à pisse dans un coin de la cave. La grosse femme a pris ma place sur le tonneau.

Puis ils sont venu me chercher ils m’ont positionné derrière, elle avait la chatte pleine de foutre, ils m’ont obligé à la nettoyer, puis à chaque fois qu’un mec jouissait en elle je devais la lécher pour que le suivant puisse la baiser.

Il y en a un qui m’a pissé dessus pendant que je la léchais et cela a donné une idée aux autres qui ne se sont pas gênés pour faire pareil.

Quand ils en ont eu fini avec elle aussi, nous nous sommes retrouvés toutes les deux sur le matelas au milieu de l’estrade et j’ai dû me gouiner avec elle. Cela a fini avec des éjacs facial pendant que l’on s’embrasser après que je l’ai fait jouir en lui léchant son clito.

A quatre heures du matin j’ai enfin pu rentrer à mon hôtel. Epuisé pleine de foutre et de pisse.

Je dois retourner en Italie prochainement et j’ai peur que mes soirées ne soient déjà prises.

Jennyfer la pute des italiens.

 

17 janvier, 2016

Portugal suite en pire.

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 11:00

Ma deuxième honte eu lieu dans un quartier de Lisbonne. Ma maîtresse tenait à ce que nous nous promenions dans les quartiers un peu chaud de la capitale du Portugal.

On ne sait jamais ma petite pute, des vieux pourraient avoir envie d’une petite salope comme toi tu as une bonne bouche à bite et à sperme et ton cul peux aussi accueillir quelques bites.

Nous passons devant un sexe shop, ma maîtresse me dit

Oh regarde une culotte pour toi.

Je me mets à côté d’elle, je regarde la vitrine, je vois une culotte noir avec une bouche dessus ou plutôt des lèvres de dessiner dessus en rouge.

Tu ne crois pas qu’elle tirait bien

Si maîtresse mais mon sexe ne sortira pas vraiment de la culotte.

Pauvre idiote que tu es, moi c’est dans l’autre sens que je te la mettrai pour que la bouche soit juste devant ta chatte de trav comme cela les mecs n’auraient pas de doute pour mettre leurs queues dans ton cul.

Prend une photo pour ton blog. (photo N°1)

Je la regarde je suis rouge de honte. Il faut que l’on voie ce que ça donne.

Maîtresse je suis en couche et elle est bien humide.

Arrête de me raconter ta vie, je m’en fous.

Attend moi ici je vais aller voir ce que je peux faire.

Dans ce moment-là je redoute toujours le pire.

Elle rentre dans le magasin, la porte vitrée est fumée donc je ne vois pas l’intérieur, et dans la vitrine derrière les objets présentés, il y a un rideau rouge qui cache le magasin.

Je ne vois donc pas ce que fait ma maîtresse et avec qui elle discute.

Elle sort au bout d’une bonne dizaine de minutes.

Tu as de la chance, l’employé du sexe shop ne parle pas bien l’anglais mais il y a des mots ou des gestes universel. Tu vas pouvoir essayer cette culotte en cabine. Il faut juste que l’on repasse après 20 h 00 ce que nous ferons.

Nous avons continué de nous promener dans Lisbonne, nous avons fait quelques haltes pour boire un verre.

Maîtresse je ne peux plus rien boire ma couche fuit déjà en m’asseyant j’ai mouillé tout mon pantalon.

Heureusement pour moi il est noir cela se voit moins que sur un jean classique.

Ma maîtresse sort de son sac un culotte en plastique rose et me la tend,

Tient va la mettre dans les toilettes par-dessus ta couche.

Même si les gens autour de nous ne parlent forcément le français, tout le monde voit bien la culotte rose en plastique.

Je me lève l’attrape et me dirige vers les toilettes. Ce n’est pas une culotte à pression du coup je suis obligé d’enlever mon pantalon, il est vraiment bien mouillé même sur les jambes. Ma couche est lourde est tient difficilement en place. Je me pose au-dessus des toilettes et j’appuie fortement sur ma couche pour en faire couler le maximum de pisse. J’essuie la couche avec du papier toilette ainsi que mes jambes.

J’enfile la culotte en plastique, je remets mon pantalon et je retourne voir ma maîtresse.

Ca y est ma pisseuse tu as mis ta culotte ?

Oui maîtresse.

Tient boit je t’ai commandé un grand lait fraise dans un verre de 500 cl. Tu pourrais me dire merci car j’aurais pu te prendre de la bière ça fait encore plus pisser.

Oui merci maîtresse.

Il nous reste encore une bonne demi-heure avant notre rdv. Tu auras le temps d’en boire un deuxième je pense.

Elle me regarde en souriant.

J’ai dû boire effectivement un deuxième verre de lait fraise d’un demi litre.

Nous sommes allées vers le sexe shop, nous avons fait le tour du magasin derrière il y avait une porte en métal. Ma maîtresse a frappé à la porte. Un homme nous ouvre, il sourit à ma maîtresse. Moi il me regarde bizarrement enfin je trouve. Il est petit est trapu.

Nous sommes dans une arrière-boutique il y a des cartons partout, des gods, des plugs, on s’aperçoit bien que nous sommes dans un sexe shop.

Attend la me dit ma maîtresse

Elle suit l’homme dans la boutique en tirant le rideau, je les entends discuter.

Le rideau s’ouvre à nouveau mais ce n’est pas le même homme qui est devant moi. Il m’attrape par le bras et me tire dans le magasin.

Baisse ton froc me dit ’il avec un fort accent portugais.

Je cherche ma maîtresse du regard à travers les rayons mais je ne la voie pas.

Baisse ton froc me répète ce mec en levant la main comme s’il allait m’en mettre une, je m’exécute.

Je suis devant lui le pantalon sur les pieds en culotte rose avec ma couche pleine de pisse. Il s’approche de moi en se marrant appui sur ma couche, il me tripote carrément à travers ma culotte plastique la pisse coule dans la culotte et sur mes cuisses.

Ma maîtresse arrive avec l’autre homme derrière elle, et la culotte noir avec les lèvres dans la main.

Ah je vois que tu as fait la connaissance du propriétaire du magasin. Entre temps il avait passé sa main dans ma couche et deux de ces doigts étaient déjà dans mon cul.

Tout à l’heure je leur ai montré ton blog sur leur ordinateur et je leur ai dit que s’ils te laissaient essayer cette petite culotte, tu les sucerais et plus si cela leur faisait plaisir.

Fini de te déshabiller pour essayer cette culotte.

Le mec sort sa main de ma couche, il sent et la lèche, je le regarde je n’en reviens pas.

Ma maîtresse s’en rend compte, elle me dit écoute ce monsieur adore l’uro, l’odeur de la pisse, donc sur ton blog quand il a vu que tu portais des couches il a profité de l’opportunité. Je crois que si nous le racontions sur ton blog ça pourrait paraître complètement bidon, tu as une vraie chance de cocu ma petite salope.

Je suis à genoux pour défaire mes lacets et enlever mes chaussures. Je me retrouve avec la queue ce mec sous le nez.

Putain quel morceau, large, longue, épaisse.

J’ouvre la bouche et je fais tourner ma langue sur son gland puis je le mets dans ma bouche, il grossit aussitôt sa queue une fois bander et encore plus impressionnante.

Je fini de me déshabiller je suis nue devant eux, ma maîtresse me tend la culotte, je l’enfile.

Mais tu es conne ou quoi qu’es ce que je t’ai dit tout à l’heure.

Je la mets donc sur moi à l’envers et je me tourne pour montrer mon cul qui du coup se retrouve avec les lèvres juste à hauteur de mon anus.

Le mec ne perd pas de temps et m’enfile à nouveau deux doigts dans le cul. Il dit quelque chose en portugais à son employé qui part et revient avec une boite de capote. Il en sort une me la tend je lui enfile sur sa queue tout en le suçant.

Il me relève, me fait mettre de dos et appui sur celui-ci pour que je me baisse en avant. Je le sens passer sa queue dans la bouche de la culotte est son gland est contre ma chatte de trav. Il me prend par les hanches et en même temps il s’enfonce en moi. Il est très gros je crie de douleur, mais il s’en fout complètement, il me burine le cul à grand coup de rein.

J’entends dire ma maîtresse à l’autre homme en anglais, si vous vous faites sucer par ma chienne je me caresse devant vous.

Le mec fait le tour vient se placer face à moi sort sa queue, de taille normal, j’ouvre la bouche et le suce.

Hummm, j’entends ma maîtresse gémir elle a baissé son pantalon en cuir elle e ses doigts dans sa chatte, l’autre main est passé sous son pull.

Comme ça m’excite de te voir te faire baisé ma chienne.

Le mec se retire de mon cul, s’assoit sur un pouf posait à côté de la cabine d’essayage. Il attrape ma couche au passage met la tête dedans, il m’attire à lui m’embrasse je sens sa langue m’envahir la bouche il pue le tabac. Et il empeste ma pisse.

Mais cette odeur le rend dingue et je le comprends car j’adore cela aussi. Il m’oblige à m’assoir sur sa queue face à lui car il veut continuer de m’embrasser tout en nous barbouillant avec ma couche.

La pisse coule sur nous dans nos bouches. Il lâche ma couche d’un seul coup me prend par la taille et m’imprime un rythme de va et vient et il jouit en moi dans un grand râle et en me léchant le visage.

Il m’enlève de sa queue j’ai le cul grand ouvert. Je me tourne vers ma maîtresse. L’autre mec est à côté d’elle, je regarde son sexe il a joui dans une capote.

Ma maîtresse me sourit, c’est moi qui l’ai fait jouir à toi de deviner si c’est avec ma main, ma bouche ou ma petite chatte toute serré, mais ça tu ne le sauras jamais

D’un seul coup elle dit

no no, give me (non, non, donne-la moi) Le mec qui venait de m’enculer venait d’enlever sa capote et aller y faire un nœud.

She like the cum. (Elle aime le sperme)

Je me mets à genoux le mec prend la capote la vide dans ma bouche, pendant ce temps-là je vois ma maîtresse enlever la capote de celui qu’elle a fait jouir. Et elle aussi vient me la vider dans la bouche. J’ai des hauts le cœur car elles sont bien pleine cela devait faire longtemps qu’il n’avais pas éjaculer tous les deux.

C’est bon tu peux te rhabiller.

La couche est dans un tel état qu’il n’y a plus qu’à la jeter. Je mets ma culotte en plastique puis mon pantalon qui pue bien la pisse.

Je vais les rejoindre à la caisse, ma maîtresse a donc pris cette culotte et un porte-jarretelle en vinyle noir. (photo2)

Tu payes, puis tu rentres seul à l’hôtel vu comme tu peux la pisse, je ne vais pas me balader à tes côtés. Je vais aller boire un verre avec ces messieurs. Ils veulent me faire part d’une idée qu’ils ont eue.

Une fois à l’hôtel prend une bonne douche, met toi du lait sur ton corps, puis met toi en fille, tout ça m’a donné l’envie de me gouiner.

Je suis rentré à l’hôtel en métro, j’ai pris ma douche je me suis passé du lait pour le corps partout sur moi et j’ai attendu ma maîtresse.

Elle est rentré vers deux heures du matin je m’étais endormi sur le lit.

Elle me regarde, en fait j’ai passé mon envie autrement, elle me jette trois capotes, tu vois j ‘ai même pensé à toi pendant ce temps là.

Vient me laver et tu me mettras du lait sur mon petit trou ils avaient vraiment de trop grosse bite pour moi.

Je prends soin de ma maîtresse, elle s’endort doucement en me lançant un

Bonne nuit sale petite chienne.

Les trois capotes j’ai dû les vider discrètement dans mon café le matin au petit déjeuner.

Voici comment ma maîtresse m’a une fois de plus offert à des inconnus.

Jennyfer la soumise

photo

porte jarettelles

13 janvier, 2016

Ma 1er honte à Lisbonne

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 6:40

Nous sommes dans un hôtel de très grand luxe sur Lisbonne avec piscine, spa, salle de musculation, une vue incroyable sur le Tage, vraiment une merveille.

Le troisième jour en rentrant à l’hôtel en fin d’après midi, nous prenons l’ascenseur pour monter dans notre chambre, dedans il y a deux jeunes filles en peignoir, nous les saluons, elles sont anglaise.

L’une dit à l’autre,  you have that old I am on he spent his time to watch our asses while they bathed,(tu as vu ce vieux je suis sur qu’il a passé son temps à nous mater les fesses pendant qu’on se baignait,)

yes it is more ugly, (oui en plus il est laid,)

elle sorte de l’ascenseur bye nous disent’elles.

Ma maîtresse me regarde en souriant appui sur l’étage de la piscine que j’aille voir cela, on ne sait jamais, hein ma petite salope

Oui Maîtresse.

Elle sort de l’ascenseur je l’attends dans le couloir qui mène à la piscine. Au bout de 5 bonnes minutes elle revient avec un sourire que je connais bien.

C’est vrai qu’il est gros pas et pas terrible, il est allemand, on va venir se baigner, j’ai ma petite idée.

Nous allons dans la chambre ma maîtresse met son maillot de bain bleu Réalise, moi j’enfile mon maillot de bain. Nous allons à la piscine. Ma maîtresse nage moi je reste sur le bord, c’est vrai que ce vieux ne cesse de mater les filles qui sont la.

En sortant de l’eau ma maîtresse passe devant lui, il lui parle, elle lui répond et elle s’attarde pour discuter.

Elle me fait signe, je me dirige vers elle. Ce monsieur vient de me dire que j’étais très jolie enfin il a été plus brute dans son compliment,

je l’ai remercié de son compliment en lui disant qu’il était tout a fait le genre d’homme que je cherchais, car j’aimais me caresser pour les exciter.  mais que je n’allais jamais plus loin, mais que j’avais un mari qui avait une bouche bien chaude et un cul bien serré.  il m’a répondu qu’il n’était pas PD. Je lui ai répondu que c’était dommage car une pipe est une pipe et que j’aurais aimé me caresser devant lui.

Du coup il a dit pourquoi pas, donc va dans la chambre mettre ton maillot de bain et rejoins nous ici.

Maîtresse je ne peux pas être en maillot de bain rose ici devant tout le monde,

Bien sure idiot tu mets un peignoir et tu viens ici.

Je retourne à la chambre je mets mon maillot de bain rose Réalise, j’enfile un peignoir que je ferme bien et je vais à la piscine.

Il est 18h45 il n’y a plus que ma maîtresse et cet homme.

Ma maîtresse est installé juste en face de lui les jambes bien écarté et sa main sur son entre jambe.

Lui il est écarlate et son maillot de bain bien gonflé.

J’ai fait le nécessaire pour qu’il ne change pas d’avis et je crois que j’ai réussi ma salope, ouvre ton peignoir pour lui montrer ton maillot de bain. 

Je me retourne pour voir s’il n’y a personne qui rentre, j’entrebâille mon peignoir et me montre dans ce maillot de bain rose. 

il tend la main vers moi, touche mon ventre, il se lève regarde ma maîtresse et dit OK  follow me.( suivez moi)

Je ferme mon peignoir, nous allons à l’ascenseur et puis dans sa chambre.  

ok excites me bitch, (ok excite moi salope) ma maîtresse se pose sur le divan du petit salon, elle écarte les cuisses, passe l’une de ses mains sur ses seins l’autre sur son sexe.

il me regarde je comprends que je dois enlever le peignoir, il vient se coller dans mon dos pose ses mains sur moi caresse mes seins à travers le maillot de bain, il descend sur mon ventre, j’ai son souffle chaud dans le cou.  Sa main arrive sur mon pubis j’ai mis ma petite bite entre mes jambes, donc il ne sent rien

It has no cock ? ( il n’a pas de bite) 

not just a small between his legs ( non juste une petite entre ses jambes)

sa main me caresse comme si j’avais une chatte et un clito de l’autre il me tripote, je sens que sa bite est dur contre mes fesses.

Ma maîtresse à passer sa main dans son maillot de bain, elle se donne réellement du plaisir. 

Lui il me retourne et m’appui sur la tête pour que je le suce.

Je sors sa queue de son maillot, il mouille énormément, sa queue est très dure, large, mais pas très longue.

J’ouvre la bouche je le suce et en même pas 10 secondes il m’attrape la tête et joui dans ma bouche sans que je puisse me reculer.

il a un sperme très épais et abondant et amer. J’avale avec un haut le coeur.  

I’ll fuck you bitch ( je vais t’enculer salope)

il me fait mettre à quatre pattes sur le lit face à ma maîtresse,  dans le peignoir posait par-terre je sors un préservatif et je lui donne. 

Il l’enfile me fourre sa queue toujours aussi dure alors qu’il vient de jouir dans ma bouche. Il m’attrape par les hanches et me burine le cul avec force, j’ai bien senti passer son gland dans mon cul.

Je suis face à ma maîtresse à quatre patte avec un gros qui me baise le cul, elle, elle a baissé son maillot en dessous de ses seins, elle pinces fortement ses tétons, ses doigts ont disparu dans sa chatte, à ses yeux je sais qu’elle a déjà joui plusieurs fois. 

au  bout d’un bon quart d’heure de baise dans cette position, il sort de mon cul enlève la capote et vient se mettre devant ma bouche.

Ma maîtresse cri No, No, cum on me. (non, non joui sur moi)

Elle attrape ses seins il se met devant elle et lui gicle une nouvelle bonne dose de foutre sur sa poitrine. 

moi je suis toujours à quatre pattes sur le lit. 

Vient ma chérie, je vais à côté de ma maîtresse,

nettoie la queue du monsieur,

j’ouvre ma bouche et je lèche son gland une goutte de sperme en sort tout doucement.

Maintenant ma chérie nettoie mes seins,

ma maîtresse s’est assise dans la canapé, je me mets contre elle, comme si j’allais prendre ma téter et je lèche ses seins plein de sperme. 

sous les, French fucking bitch (putain de salope françaises)

tu es une magnifique petite salope comme le dit le monsieur, j’ai  bien joui grâce à toi. 

Je crois qu’ils sont propre, nous pouvons y aller.

Ma maîtresse remet son haut de maillot de bain, bye and thank you for this good time (au revoir et merci pour ce bon moment)

Yes, Yes bye.

nous sommes allés dans notre chambre et nous nous sommes gouinés dans nos maillot de bain.

Voilà comment déjà au bout de trois jours, ma maîtresse à réussi à me faire  faire la pute. 

Jennyfer la chienne soumise. 

 

7 janvier, 2016

Suite et fin du blog FIN

Classé sous ma vie d'homme soumis — obeissant @ 10:45

mise à jour le 10/01/2016 par la Maîtresse.

Les cinq derniers articles ont été lu dans une moyenne de 2500 fois pour 5 commentaires,  ma maîtresse trouve que je passerai mieux mon temps à la servir plutôt que d’écrire ou de poster des photos avec commentaires sur le tumblr.  

Elle a aussi noté qu’l y avait plus de message pour ce plaindre qu’il n’y avait plus de nouvelle sur le blog que lorsqu’il y a des articles.  Ou de se plaindre qu’on ne la voit plus. 

Par contre pour montrer à tout les petites  bites qui pensaient qu’elle n’était plus avec moi nous mettrons une photo d’elle le 31 décembre pour la fermeture du blog. 

Bonne continuation mais quand on voit que la moyenne de 35 000 visites par mois c’est un peu du gâchis.  

Pour ceux que ça intéresse j’ai trouvé le soutien gorge avec les tétines et je l’ai commandé.  

Marc le cocu et Jennyfer la petite pisseuse.

LE 6 JANVIER 2015

Nous voici donc en 2016, comme l’a prévu ma maîtresse la fin du  blog est arrivé.  Certain d’entre vous on fait l’effort de mettre des commentaires, souvent les mêmes qui écrivaient déjà ici.  Mais la en écrivant sur chaque post de ma part.  Ce post est celui qui a reçu le plus de commentaires 14.  Ma maîtresse m’a obligé à mettre plus de post sur le mois de décembre pour bien montrer que blog ou pas  blog, je continuerais de vivre ma vie de soumis, mais je ne la partagerais plus sur le net.  Et sur ce mois de décembre elle est venue régulièrement voir ce qu’il se passait.  Et si nous lisons les deux derniers commentaires sur le post NOEL, nous voyons bien que certain sont la pour voir ma maîtresse et d’autres sont la pour suivre mes aventures. Alors hier soir ma maîtresse a pris cette décision et a vous de choisir.

Choix 1 nous mettons une photo de ma maîtresse et nous arrêtons le blog.

Choix 2 pas de photo de ma maîtresse et le blog continue.

Certain d’entre vous pensait que le blog n’était pas assez inter-actif et bien la, il l’est pour la suite.  Nous ferons les comptes  samedi à 20 h, quand ma maîtresse sera là.

Le CHOIX 1 ou le CHOIX 2 décidera de la suite de ce blog. 

 

En attendant ma maîtresse m’a dit de mettre les deux aventures de ce que j’ai vécu à Lisbonne.  

La petite chienne à sa maîtresse

 

Le 10/01/16

Bonjour à tous je prends rarement la parole sur le blog de ma petite salope, tout d’abord mes meilleurs vœux de soumission pour cette nouvelle année.

Merci à tous ceux qui ont enfin laissé un message durant ce mois de décembre et en ce début de janvier. Comme quoi cela n’est pas si difficile de prendre une minute pour écrire un petit mot.

Et c’est dommage qu’il est fallu en arriver à vouloir fermer le blog pour qu’un peu plus de personne laisse un commentaire.

Hier soir à 21 h 00 ma petite chienne était toute nue à mes pieds, je lui avais mis le plus gros plug que nous avons à la maison. Je l’ai fait mettre à quatre pattes sur le lit, elle a écarté son cul, je lui ai craché dessus et je lui ai enfilé ce plug énorme d’un seul coup, sans autre lubrification que ma salive craché sur son cul, elle à criée comme une pucelle et du coup moi j’étais heureuse.

Ensuite elle m’a regardé me déshabiller et mettre  l’une de ses couches roses que j’ai copieusement mouillée pour qu’elle puisse la portée cette nuit et dormir dans ma pisse. 

Puis nous sommes venu lire vos commentaires et voir que vous avez plébiscité  le choix 2 sans aucune contestation. Ma petite salope en chaleur vous en remercie.

Elle était toute mignonne, je l’ai obligé à se raser les fesses et le sexe en ne laissant qu’un ticket de métro au dessus de son ridicule petit clito. Elle est trop mimi comme ça et surtout ridicule avec ses poils aux jambes.

Le blog continuera donc sa vie, mais comme l’un d’entre vous l’a proposé, je crois qu’un minimum de commentaires serait bien et nous encouragerait à ce que je la laisse mettre plus d’articles comme je l’ai laissé faire en décembre. J’ai donc convenu que 12 serait un nombre et bien entendu nous ne compterons pas ceux qui ont la gentillesse d’en laisser plusieurs.  Par contre ma petite pute aura le droit de répondre aux messages pour que le  blog devienne plus interactif.

Il faut bien savoir qu’elle vit sa vie de soumise tous les jours.  Elle a beaucoup de chose à raconter. Mais le temps qu’elle ne passe pas sur le net elle le passe à me servir et du coup mon choix est vite fait.

Il est vrai qu’il nous manque un photographe attitré et qui dans un coin sans nous déranger ferait des photos de ce que subit ma petite pisseuse.  J’ai peut être aussi pensé à Skype pour remercier les plus assidus.  il faut que je réfléchisse à tout cela.

Ma petite salope va donc pouvoir vous racontez ce qu’elle à vécue à Lisbonne et mettre les photos de ce que nous lui avons rapporté du Portugal.

J’espère que je n’aurais plus à lui faire mettre d’ultimatum et que ce blog continuera longtemps. J’ai aussi pris la décision de participer un peu plus à sa rédaction.

La maîtresse d’une petite chienne en chaleur.

12345...11

Find Sexy Women For First Date |
soumisfetichiste |
Sexe amateur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Find Dating Partner Online
| lavieparisiennedechristelle
| localsingles